AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON EST DESCENDUS À TRENTE, MAIS VOUS POUVEZ ENFIN VOUS AMUSER !

Partagez | 
 

 Helios Ritz - Fais pas chier, ou j'te fais bouffer d'la confiture de dents ! Pigé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Helios Ritz, got it ?

messages : 51
ici depuis : 29/08/2010
i like : Cloper peinard

MessageSujet: Helios Ritz - Fais pas chier, ou j'te fais bouffer d'la confiture de dents ! Pigé ?   Mer 7 Mar - 2:38


Helios Ritz


G. (KHR).

surnom : Red Pepper
âge : 23 ans.
né(e) un : Chais plus.
études/profession : Serveur au Chat Noir.
situation : Célib', mais s'en fout un peu.
sexualité : Bisexuel
niveau de vie : Pas terrible terrible, mais osef.
vit à : Meridium Sud
groupe : Rioters



❝ TELL ME YOU WISH ❞


Hey, Helios. T'as pas une clope ?
L'intéressé lève les yeux, et te regarde avec un air blasé. Mais blasé, quoi. S'il t'aime bien, il va grogner pour la forme et te lancer nonchalamment son paquet avec le briquet dedans. Yup, sers toi, vieux frère. C'est pas trop un chieur, Helios. Même s'il part vite en vrille et n'est pas un modèle de flegme. Au moins, les potes savent pouvoir compter sur lui si besoin. C'est d'jà bien, surtout par les temps qui courent. Une fois qu'on a réussi à gagner son estime, quand on y arrive, c'est à la vie à la mort. Wesh, ce type est fiable, y a pas de lézard de ce côté là. Protecteur ? Ouais, le rouge l'est pas mal sur les bords. De là à l'admettre ouvertement, tu peux toujours aller crever la gueule ouverte mon coco. T'as cru au père noël, toi. Hey, redescends sur terre, c'est pas la fête du kiwi, hein ! De toute façon, Helios, il dit pas ce genre de truc. Wesh c'est un dur. Un caïd. Un “con fier qui a du mal à se confier“, comme dit la chanson. Oh, ouais. Il dit ce qu'il pense, bien sûr. Mais pas pour ça qu'il va se la jouer emo et balancer tout son blabla sentimental H24. De toute façon, c'est un homme d'action. Et de parole. S'il s'engage à un truc, s'il fait une promesse, wai. Il le fera, il la tiendra. C'est un truc important, pour lui. Et le premier qui remet ça en cause, il se prend une prune cash. Bref.

Quoi ? T'as cru que c'était les soldes, toi !
Ah. Le verdict est tombé. Manque de pot, il ne t'aime pas particulièrement. 'Fin. T'es pas d'sa bande, quoi. C'est pas un mec qui accorde facilement sa considération, 'faut dire. Mais les quelques élus qui ont droit à ce traitement de faveur ne sont pas nombreux, et t'es pas dedans. C'est pas qu'il soit renfermé, Helios, mais il n'est pas super ouvert non plus. Dégage, microbe, et vite. Pas la peine de le gonfler, tu vas t'en prendre plein la face après. Sauf que voilà, même si pour lui c'est une habitude de répondre des bâches, toi t'as pas aimé qu'il le fasse. Alors tu grognes à ton tour, pour lui faire comprendre que tu t'écrases pas, toi. Ouais, bah. Nan. Arrête. Vite. Sauf que voilà, c'trop tard. Le temps de dire “Keunard !“, tu te retrouves avec son poing qui éclate ton nez. Oh le con ! Il n'y est pas allé de main morte, en plus. C'est ballot, si t'avais été une meuf, t'y aurais peut-être échappé. Helios, quand ça le gave, il cogne. C'est radical, c'est pas diplomate, mais c'est comme ça. Bah, de toute façon, il sera toujours temps de causer après. Il aime la bagarre, le rouge, il refuse de s'écraser. 'Tain. Y a déjà la Libra qui l'emmerde, il va pas faire le soumis devant quelqu'un, wesh ! Ah parce que ouais, Libra il aime pas. Les gosses de riches non plus, en général. Les gens qui veulent lui donner des ordres ou faire les beaux, en somme. Dominer Helios ? AH AH AH ! Dans tes rêves pauv' tache ! Même Jesus, il fait pas des miracles pareil ! Au contraire, c'est lui qui gère la fougère et qui s'impose. Ou qui le veut, en tout cas. Avec les poings ou des piques bien senties, ça dépend. Il bâche, ce mec, ouais. Même si au fond, il sait quand ça déconne ou pas et peut l'admettre. Il est équitable, ouais. Pas la peine de venir chougnasser dans ses bras,. D'une, il t'enverra chier. De deux, Helios ne bougera pas si c'est toi qui a merdé. S'il estime que c'est l'autre abruti qui a raison, même s'il ne l'aime pas, le rouge lui donnera raison. Avec lui, c'est un peu marche ou crève. En même temps, il va pas se faire chier à aider des gens qui se plaisent dans leur crasse et se contentent de pleurer, hein. Y a pas marqué Gandhi sur son front. Quand Helios aide quelqu'un, c'est en lui bottant le cul et en lui apprenant à marcher, plutôt qu'en servant de béquille. Marche ou crève, quoi.

C'est bon, t'es calmé ?
Là, une fois qu'il t'as pété le nez, bah... Il redevient peinard. Tant qu'on ne le fait pas chier, ça va, il est plutôt du genre tranquille. Le soucis, c'est qu'un rien peut l'emmerder, en fait. Ah. Et aussi qu'il s'amuse à emmerder un peu les autres, selon l'humeur. En général, il est plutôt blasé posé. Bref. Helios te regarde un moment pendant que t'essuies ton nez qui pisse le sang. T'as essayé de riposter toi aussi, mais t'es moins teigneux que lui. Helios, il a la rage au ventre. Fuckin' insoumis, heh ? Avec un petit sourire en coin, le rouge fini par te donner une clope, il se sent une âme de prince. En fait, ce mec a apprécié que tu ne te laisses pas faire. Il a ce respect là pour les battants, vraiment. Et puis là, t'es encore debout, et tu pleures pas sur ton sort. C'est bien. Les larmes au moindre bobo, les trucs dégoulinants de sentiments, ça le débecte. Bordel, on est pas chez les bisounours, honey. Ici c'est pas Bagdad, mais pas loin. Au moins, il sont relativement peinards là bas, comparé à ici. Le Globe ? Juste une saloperie de cocotte minute qu'il faudrait faire péter. Et surtout, faire disparaître la Libra. C'est cette merde qui infeste tout et rend la vie perrave, tsé ! C'est elle qui a bousillée sa vie avant même qu'il ai une chance d'en faire quelque chose. Sans la Libra, il aurait peut être encore ses parents. Sans la Libra il vivrait peut être décemment. Il n'a pas grand chose, Helios, mais pas grave : il se débrouille avec, voilà tout. Pour pas trop tomber dans le miserabilis, le rouge s'est blindé sous une bonne carapace d'indifférence. Ouais, il a un côté je m'en foutiste, mais il préfère ça à pleurer sur son sort. Dans une autre vie, il aurait pu “réussir“ comme on dit. Il est pas con, Helios. Loin de là. Quand il était plus jeune, il lisait beaucoup. Et même maintenant, d'ailleurs. Ses parents voulaient qu'il puisse avoir une belle vie, pas qu'il galère avec juste un job minable de serveur. Alors il lisait et il continue, pour leur faire plaisir même maintenant qu'ils sont morts. Parce que wesh, il aimait ses parents. Profondément. Mais bon, le rouge préfère quand même les films d'action, hein. C'est plus dans son domaine, on va dire.

J'me casse. See ya.
T'en es encore à te demander pourquoi fallait passer par le nez écrasé pour avoir une clope, et il se barre. Comme ça, cash, avec juste deux phrases abruptes pour prévenir. Les grands au revoir, les “prend soin de toi, hein ? Et à la prochaine, j'te kiff mec.“ c'est vraiment pas le style de la maison. Il veut se barrer, le dit, le fait. Point. Là, il va surement profiter de son temps libre pour aller se faire une partie de poker avec une bonne bouteille. Oh, il est bon à ce jeu, et en a déjà plumé plus d'un. Étonnement, quand il a les cartes en main, ça change la donne. C'est un bon acteur, Helios, il sait bluffer comme pas deux. Ajoute à ça une touche de manipulation de temps à autre quand ça lui prend, et tu comprendras que c'est un bon mélange pour ce genre d'occupation. S'il est concentré, les autres joueurs pourront le provoquer autant qu'ils veulent, il ne mouftera pas. Par contre, le premier qui le fait chier et interromps la partie, il va bouffer son dentier. Helios aime les défis, et une partie de poker en est un comme un autre. Parce qu'il veut gagner, qu'il aime les challenges, ce mec arrivera à ne pas partir en vrille pendant une partie. En fait, il sait se contrôler, hein. Juste que la plupart du temps, il a la flemme et préfère se laisser aller et faire passer les poings. Oh, il ne cantonne pas ses talents cachés à la table de jeu, et parfois s'amuse à tirer les ficelles avec telle ou telle personne. Elijah en a fait les frais, par exemple. Mais osef, Helios n'en a rien à battre. Eli a voulu faire mumuse, il s'est rétamé. Game over. Tant pis pour le blondinet. C'est pas comme si lui ça allait l'empêcher de dormir, hein. Mais bof, passons. Là, c'est de poker qu'il a envie. Et d'un verre ou deux. Helios boit, oui. Vu le milieu, faut pas s'attendre à ce que ce soit de la Vittel, hein. Les SDF russes ont leur vodka frelatée, pourquoi Meridium n'aurait-il pas sa bibine aussi ? Le rouge tient bien, heureusement pour lui. Ou pas, d'ailleurs. Entre ça et la clope, c'est à qui crèvera le premier : son foie ou ses poumons ? Bah, tant qu'à crever, autant savoir pourquoi.

❝ WHAT DID YOU EXPECT ? ❞


Helios ? Ce type avec la gueule tatouée et les cheveux rouges ?
En quelques mots, on t'a situé l'énergumène. Yup, tu dis. C'est lui que tu cherches. Déjà, tu sais à quoi t'attendre. Tu ne connais pas le mec en question, mais tu sais qu'il a un look atypique. Ça aide. Effectivement, on t'a dit pas mal de trucs sur lui. Paraît qu'il a une crinière couleur de feu, et une sorte de tribal qui lui zèbre le visage. Paraît que c'est pas un minet, non plus, et qu'il faut faire gaffe à ses poings. Paraît... paraît pleins de choses, en fait. D'après ce qu'on t'a dit, faut pas l'énerver. Il a vite envie de cogner. Ce qui en soit est une chose, mais le problème c'est qu'il est rapide, et qu'il a de bons réflexes. Et ça, c'est vite moins cool. Ceci dit, t'as tellement entendu parler des bagarres d'Helios en le cherchant... C'est à qui en racontera le plus, à qui l'aura vu faire de plus près sans s'en être pris une au passage. À croire que c'est héroïque de zyeuter une castagne. Mais toi tu t'en fous, de leur racontars de femmelettes. T'as juste envie de leur dire “Youhouu ! Réveillez vous, c'est juste un type comme un autre !“. Ce que tu fais, d'ailleurs. Alors les autres tirent un peu la gueule ou ricanent en coin. Ouais. Tant pis pour toi si tu te prends une beigne, ils t'auront prévenus. Et tu devrais les écouter, parce que Helios lui, il ne prévient pas avant de taper. Il le fait, c'est tout. Avec un peu de chance, tu l'entendras gueuler avant. Ça, c'est le signal sonore, l'alarme qui prévient que ça va bastonner. Et c'est tout ce que tu entendras d'ici la fin du combat, parce que le rouge ne parle pas, ne crie pas, n'insulte pas quand il castagne. Il se concentre sur l'essentiel, c'est à dire foutre l'autre con d'en face par terre. À la rigueur, si t'arrives à cogner suffisamment fort, tu pourras l'entendre jurer entre ses dents. Mais il encaisse plutôt bien, à force de se battre. C'est con, hein ? Mais comme ça, t'es prévenu.

Ton gus il est là bas, mec. Démerde toi avec.
Un type te montre une direction, et tu pointes ton regard là bas. Awé, vrai qu'un truc rouge zone dans le secteur. Good ! Alors tu y vas d'un bon pas, et tu analyses le spécimen en l'approchant. Et effectivement, avec sa tignasse rouge qui saute à la gueule comme du plastique explosif, y a pas moyen de le louper. En matière de discrétion, comme look, y a mieux. Adossé avec nonchalance contre le mur, un pied contre celui-ci, le serveur fume. Comme souvent. À croire que ses poumons s'alimentent de nicotine et de goudron au lieu de vouloir de l'oxygène, comme tout le monde. Excentrique, va. Un rapide coup d'oeil à la garde robe, histoire de voir le style du loufiat... Mais ça ne t'en apprend pas des masses, en fait. Jean, chemise. Ouais,bon. C'est presque décevant. Sa cravate dénouée autour du cou et le col entrouvert achèvent de donner un style négligeant que certains pourraient trouver classe. Sur d'autres, ça ferait poseur. Sur Helios aussi, ceci dit. Sauf qu'il ne pose pas. Autre chose à foutre, sérieux. Le blouson de cuir qu'il a au creux du coude t'arrache un sourire, ainsi que les rangers coquées qu'il porte. Ah bah finalement, y a quelques touches bad guy, ça fait plaisir de voir que les stéréotypes ne sont pas tout à fait faux. Comme cette grosse ceinture de cuir qui enlace ses hanches, aussi, avec la large boucle en cuivre un peu cabossée de partout. Le rouge quant à lui a l'air perdu dans ses pensées et fixe d'un air absent les volutes de fumée bleue qu'il inhale tout en tripotant ce que tu devines être un piercing à l'oreille.

Salut. C'est toi Helios ?
Question con. Parce que tu sais que c'est lui. Ah ah, t'as rien trouvé de mieux pour entamer la conversation ? En tout cas, il est un peu plus grand que ce que tu n'imaginais en le voyant de loin. Il doit faire, quoi... 1m80 ? Voir un peu plus ? T'as pas tout à fait faux : tu rajoutes trois centimètres et tu tombes juste. L'intéressé braque sur toi un regard vaguement indifférent, avec un air de se demander ce que tu lui veux. Quand il tourne la tête, tu remarques que ses yeux à l'origine marron sont devenus rouges avec un effet de lumière. Conjugué à sa crinière écarlate, l'effet est saisissant. Surtout avec le fameux tatouage d'encre vermeille qui part de l'épaule (ou de la nuque, tu sais pas trop) et lui bouffe la moitié du visage. C'est assez bizarre, d'ailleurs, Comme motif. On hésite entre le tribal, des flammes ou... Un corail stylisé, à la rigueur. En tout cas, ça donne un côté assez agressif à son visage qu'il a plutôt fin par ailleurs. Mais il s'en dégage quelque chose de sauvage, brut de décoffrage. À cause du fameux tatoo, peut être. Ou de la chevelure atypique. Helios te fixe, et a l'air de se demander si ça vaut la peine de te répondre ou pas. Sa bouche est bien dessinée, mais affiche une petite moue que rend encore plus désinvolte le cigarillo qui y est fiché. Oui, monsieur ne fume pas que des roulées, visiblement. Ça lui arrive de varier les plaisirs, 'faut croire. En attendant, t'as un peu du mal à soutenir son regard presque impassible. Ouais, presque. Parce qu'il y a toujours un fond de rage dedans, même quand il est calme. Tu la sens, toi aussi, pas vrai ? Un peu comme si elle était toujours là, en lui, et n'attendant qu'un prétexte pour sortir. Ce qui est peut être le cas, au fond. Ça expliquerait les bagarres.

Ouais, c'moi. Kesstu m'veux ? Tsk. Fais vite, j'dois retourner au turbin.
Le langage ne fleure pas la rose ni la littérature. Il est comme celui qui parle : cash. La voix a un fond de roche dans la gorge, et tu devines que lorsqu'Helios gueule pour de bon, elle devient un peu plus rocailleuse. Les inflexions sont légèrement trainantes, et le timbre est plutôt dans les tons graves. Sans être une basse, ce n'est pas non plus celle d'un soprano, loin de là. Mettons ténor, c'est encore le plus proche. Quand il te parle, tu te demandes si c'est à force de fumer tout le temps qu'il en a chopé cette voix, ou bien s'il l'avait de base. Dans le premier cas, il a intérêt à faire gaffe, ses poumons sont déjà bien entamés ou le seront très prochainement. Ceci dit, il ne tousse pas, c'est déjà ça. Presque intimidé par ce regard vermeil qui ne te lâche pas une seconde, tu bafouilles la raison de ta venue. Bordel, pourquoi il te fixe comme ça, hein ? Le fait est que ce mec regarde en face les gens auxquels il parle. Question de respect, qu'il dit. Et de fierté, 'faut pas baisser la tête devant qui que ce soit. Mais bon, c'est aussi parce que quelque part, ça l'amuse quand il en voit que ça perturbe. Ah ah, qu'il est joueur et taquin, ce Ritz ! Mais t'as de la chance, il te libère le temps de regarder sa montre. Urf. Vraiment l'heure de retourner au taf. À sa main, tu remarques des petites écorchures aux phalanges. Ah. Surement à cause d'une bagarre, encore une fois. Décidément.

C'est tout ce que t'avais à me dire ? Cool. Ciao.
Et le voilà qui repart sans autre forme de procès pour aller bosser. Ouais, il est réglo là dessus. Et puis, il veut garder son taf. 'Faut bien manger, hein. Mais ça va, t'as pu t'en sortir sans casse sur ce coup là. Bien joué. Pendant un petit moment, tu le regardes s'en aller, clope au bec, mains dans les poches. Ve type, il a une démarche chaloupée, et ancre vachement ses talons dans le sol. Marrant, c'est comme s'il voulait être sûr de rester debout quoi qu'il advienne. 'Faut dire que c'est comme ça qu'il ne se rétame pas trop pendant les bastons : en gardant solidement ses appuis. Derrière lui plane quelques instants une odeur de tabac. Avec un fumeur pareil, fallait s'y attendre, hein. Surtout qu'il ne se parfume pas, ça coute trop cher. Mais entre deux relents de nicotine, un autre ingrédient odorant y est entremêlé discrètement. Si tu parles à un ou une de ceux qui ont passé la nuit avec, on te confirmera que son odeur naturelle n'est pas celle de la clope, mais une senteur de musc poivré, ou un truc du genre. Et puis, on te dira aussi que malgré ses épaules carrées, Helios est plutôt maigre. Musclé, mais maigre. À distinguer des physionomies sèches. Lui, il gagnerait à avoir un peu plus d'épaisseur, sérieux. 'Faut pas s'étonner qu'il soit frileux, même s'il préfèrerait crever plutôt que de l'admettre. Et si vraiment, l'autre se sent en veine de confession, peut être te dira-t-il que le dit-corps est quasi imberbe à part un léger chemin du bonheur, mais zébré de quelques cicatrices. En même temps, à force de bastonner dans tous les sens, c'est normal d'en récolter quelques unes, on est d'accord. C'est vrai. Heureusement, il n'y en a pas trop. Bref, tu as pu te faire une rapide idée de l'énergumène. Au moins, tu sais l'essentiel. Les détails à la con, comme le fait qu'il n'aime pas le poisson ou qu'il soit allergique aux poils de chat, au fond, qui s'en soucie ? Pas toi en tout cas. Alors tu fais comme lui : tu repars, et tu traces ta route.
.

❝ WHAT ABOUT THEM ? ❞

“La Libra... Quel beau ramassis de faux culs ! Sous prétexte qu'il faut diriger, on a des emmerdeurs doucereux qui nous stalkent. Quoi ? Z'allez pas dire que ce sont des anges, non plus ? Entre la flicaille et tout le reste, ils ont juste trouvé le moyen pour se garder les bons morceaux pour eux. Et nous on peut crever la gueule ouverte, tout le monde s'en fout. Ouais ouais, on a beau dire, ces gens là, on peut pas leur faire confiance. Et perso, j'compte pas vraiment les laisser faire comme un mouton tout gentil. Comme dit l'autre type dans le film : « Ils peuvent nous ôter nos vies, mais ils ne nous ôterons jamais notre liberté ! » Alors 'faut se battre, garder un mental de résistant et pas baisser les bras, jamais. Parce que se résigner, c'est avoir déjà perdu. J'dis pas que c'qu'on fait, c'est tout rose. Mais on ne fait pas d'omelette sans casser les œufs. Et de toute façon, ceux d'en face sont au moins aussi crades que nous sur ce plan là.”
❝ ONCE UPON A TIME ❞


Il était une fois un jeune couple, fraichement marié. Bien que vivant dans la misère, tous deux s'aimaient sincèrement et tâchaient d'être heureux ensemble sans se laisser abattre. Et, fatalement, un enfant vint au monde. Malgré les difficultés financières du jeune ménage qui se privait pour que le jeune garçon puisse grandir au mieux, la situation était de plus en plus critique...

La tradition veut qu'ensuite, les parents abandonnent l'enfant dans la forêt parce qu'ils sont trop désespérés. Sauf qu'en fait, ce n'est pas vraiment ce qui s'est passé. Le gone ne rencontrera pas des terribles dangers parce qu'on l'a laissé tomber. On peut se dire que c'est une belle leçon à tous ces parents indignes des contes de fées que ceux-là ne l'aient pas fait, et ce n'est pas totalement faux. Mais le môme va quand même manquer plusieurs fois de se faire bouffer par les loups. Si bien qu'au final, le Petit Poucet en est devenu un lui même... Just Shut up ! Commence par le début, et fais les choses correctement, tu veux ? Tseuh, on peut rien te confier, hein !

'Kay, 'Kay. Je r'prends. Helios, il a grandi dans Meridium, et il y vit encore. C'est pas la super joie là bas, mais le p'tit s'est fait les crocs. 'Faut savoir qu'à l'origine, il aurait pu avoir une autre vie. Plus simple, plus sécurisé, plus aseptisée. Son pater, c'était un richard à la base. Un gars de Palladium, vrai de vrai. Mais ce type s'est mis toute la noble famille à dos. Tout ça pour quoi ? Parce qu'il était tombé amoureux d'une fille de Meridium. Terrible, comme crime, pas vrai ? Et après, on dit que c'est nous les monstres... Ah ah laissez moi rire. Ouais, 'fin vous ne faites pas dans la dentelle non plus mon gars. Bref. Le Roméo est tellement amoureux de sa Juliette qu'il envoie bouler les principes, les conventions... Et ses parents ! Yup, le jeune couple se marie quand même et préfère rester soudés, tout en sachant qu'ils se feront quelques ennemis. C'est beau, l'amour. So romantic. Mais le hic, c'est que ça ne nourrit pas vraiment. Être déshérité, comme départ, on a vu mieux. Mais osef, si ça ne tient qu'à ça, il travaillera ! Elle aussi, d'ailleurs, elle trime dur. Pas question de se laisser abattre, pas question de leur donner raison. Et puis, ils doivent donner une chance à leur rejeton, qui vient de naitre. Un gosse, c'est certes une bonne louche de bonheur, mais c'en est deux d'emmerdement. Faut le nourrir, le protéger, on en fait sa première priorité et on se fait du souci à son sujet. Surtout quand malgré tous les efforts le petit se met à zoner à son tour et enchaine bagarre sur bagarre. Il est fier, ce fosse, et refuse de ployer l'échine devant qui que ce soit. Alors oui, il apprend à cogner et à encaisser. Pour pas laisser ces troufions mal causer de lui ou de ses parents. Parce que ouais, un prince déchu de Palladium, ça fait jaser, forcément. Mais pas grave : que ce soit un gosse de son âge ou un gus plus agé, la réponse du rouge est la même. Ta gueule, connard, et marche à l'ombre ! Oh dieu, qu'il s'est pris des passages à tabacs, de cette façon. Mais Dieu n'existe pas à Meridium, pas plus que la tranquillité.

Helios grandit ainsi, entre les bastons permanentes, l'ambiance du ghetto et un foyer pauvre mais stable. Dans le secteur, vol à la tir, pillage et violence parfois extrêmes sont à la mode. Et bien sûr, sans être une fashion victim, le gamin n'échappe pas à son influence. Leur petit appart' miteux, c'est comme un reste de vraie société, avec des règles, du respect. Heureusement qu'il y a eu ça, le môme y a appris quelques belles choses. Et puis, c'est aussi sous leur influence qu'il a beaucoup lu, aussi. Ses parents voulaient qu'il ai une belle vie, moins miteuse que la leur. Alors il a lu, a bossé à l'école. Sans être un très bon élève (et malgré quelques chaises balancées sur des professeurs suite à une remarque de trop en cours), Helios y gagne un peu de culture générale et une vague connaissance du B.A.Ba. Mais sa véritable école, c'est la rue. Il observe, ce gosse, et sent cette rage au ventre se fortifier et gronder de plus en plus. Bien sûr, il connait l'histoire de son père. Et pour lui, c'est inadmissible que ce genre de choses puisse exister sans que rien ne leur tombe sur la tronche, à tous ces péteux gominés. Bande de charognards... Vous vous prétendez l'élite de Kyuu, mais les vrais monstres dans l'histoire, c'est vous. Comme dans Blanche Neige, la marâtre cache sous un superbe visage une âme monstrueuse. C'est tout jeune qu'il avait commencé à détester ces nantis se permettant de les regarder de haut. Puis, cela s'est étendu à la Libra, qui non seulement permet ce genre de situation, mais en plus l'encourage de manière plus ou moins implicite. Tseuh ! Ça vous arrange bien, pas vrai ? Ce serait bête que des gens de Meridium arrivent en haut, ça ferait tâche !

Alors discrètement, le jeune Helios commence à se renseigner sur les Rioters. Cette bande de tarés qui refusent d'abandonner et veulent continuer de se battre pour leur liberté. Le rouge aime la cause et l'état d'esprit, même si c'est vrai que les moyens employés ne sont pas toujours jolis jolis. Mis osef, fait bien faire quelque chose. Helios tend l'oreille, Helios suit leur exploit, Helios veut les rejoindre. Mais ses parents en feraient une syncope, et ils sont les seules personnes que pour l'instant il aime et respecte profondément. Alors il contient cette rage qui ne demande qu'à sortir et s'efforce de faire de son mieux pour eux. Ils se sont tant privés pour lui, pour qu'il ai une chance de vivre et non de survivre. Ce serait ingrat et cruel de tout poutrer par égoïsme. Alors le rouge se fait une raison. De toute façon, douze ans, c'est trop jeune pour les rejoindre, ils n'auraient pas voulu de lui.

Malgré le fait d'être relativement bien tenu par ses parents, le milieu dans lequel ils vivent finit par rattraper pour de bon le garçon. Alors qu’il a 15 ans et demi, une altercation a lieu et sera lourde de conséquences. Le fait est que le jeune homme n’aime pas la flicaille. Tseuh ! Juste une bande de vendus ! Ca leur va bien, forcément ! Ils ont tous les droits ou presque. Plus le temps passe, et moins Helios les porte dans son cœur. Plus le temps passe, et moins il supporte toute forme d’autorité gouvernementale. Plus le temps passe, et plus il a envie de tout faire sauter. Un soir, alors qu’il croise une patrouille dans Meridium qui vient d’arrêter deux gars, l’un des agents croise son regard. Il faut croire qu’il ne l’a pas aimé, puisque le voilà qui fronce les sourcils et lui fait signe de se barrer.

-Dégage, morveux, y a rien à voir. Circule !

Oyais, c’est ça. Ferme là. Ne dis rien. Ne le provoque pas. C’est pas bon, de narguer les keufs, et tu le sais, pas vrai Helios ? Mais voilà, ça fait longtemps que tu te retiens… Une bouffée de colère l’assaille soudain alors que dans le même temps Helios tâche de garder son sang froid. Ses parents ne voudraient pas qu’il fasse une bêtise. Ils n’aiment pas quand il se bat. Calme. C’est un flic, bordel, faut pas déconner ! Le regard empli de rage braqué sur le policier, Helios finit par craquer. Parce que c’est un putain de vendu, un corrompu ! Comme tous les autres flics, comme n’importe qui de la Libra ou à son service !

-Ouais ouais. Ca va, vous vous amusez bien ? Pas trop dur de pécho des pauvres gars ? Remarquez, c’est vrai qu’il faut faire le ménage, pas vrai ? Ils ont l’air tellement dangereux !

La ferme ! Quel con, mais quel con ! Tu peux pas fermer ta grande gueule, parfois ? Nan, hein, forcément faut que tu l’ouvres ! Les gars menottés regardent le duo avec une drôle de tronche, l’air de se dire « ce type est suicidaire ! ». Le flic évidemment ne se laisse pas faire. Ca serait trop beau, tiens ! Alors le ton monte, il monte, il monte encore. Fatalement, et plutôt rapidement, les mots ne suffisent plus. Quand il se reçoit un coup de matraque dans le ventre, l’ado est soufflé. Mais pas assez pour s’arrêter là. Son adversaire croit que ça suffira et baisse sa garde, pendant que son collègue finit de coffrer les deux captifs. Grossière erreur. La première règle est : ne jamais cogner Helios Ritz, sous peine de recevoir des gnons aussi. Ce policier ne fait pas exception, et à peine le jeune gars a-t-il retrouvé son souffle qu’il attrape son adversaire par le col et lui assène un violent coup de boule. Uniforme ou pas, c’est pas ce qui va l’arrêter ! Surpris, l’homme répond à son tour, tant et si bien que les deux roulent à terre et jouent des poings sans retenue. Helios est moins fort, il connait moins de ruses, mais c’est une véritable teigne qui ne lâche rien à son ennemi. Finalement, c’est le collègue de ce dernier qui accoure et les sépare, avant de coffrer le jeune énergumène en piteux état pour l’amener au poste.

Ensuite, c’est garde à vue, interrogatoire, et tout le bordel. Evidemment, on veut savoir s’il fait parti des rioters malgré son jeune âge. Et Helios se sent frustré de devoir répondre que ce n’est pas le cas. Mais pas grave. Dans sa tête et dans son âme, c’est le cas depuis longtemps, et il le sait. Après la garde à vue vient le procès, puis finalement le verdict. Etrangement, c’est plutôt vite expédié. Tseuh ! Comme si on allait se fouler pour un gars de Meridium ! Et ils se sont amusés. 8 mois de prison, dont deux avec sursis. Le fait qu’il soit mineur n’a pas vraiment joué, on dirait. Helios serre les dents, mais est prêt à encaisser la peine. C’est pas le pire, il s’en remettra. Le regard triste et déçu de ses parents, par contre, ça lui fait mal. Très mal. Il a joué au con, et ce sont eux qui trinquent. Merde. L’ado ne regrette pas son geste en lui-même, mais se dit qu’il aurait du épargner ça à ses darons. Pour le coup, il se sent merdeux, ouais. Carrément, même. Alors in petto, pendant qu’on l’emmène purger ses 6 mois fermes, Helios se dit qu’il va arrêter de faire n’importe quoi, pour ne plus voir ces sentiments sur les visages de ses parents. Ouais, c’est ça qu’il va faire. Racheter sa conduite en purgeant sa peine et en devenant un gars dont ses parents puissent être fiers.

Pendant sa peine, ses parents viennent le voir, de temps en temps. Et même s’ils ne lui reprochent rien, ou peut être justement parce qu’ils se taisent à ce sujet, le jeune homme culpabilise et tâche de montrer qu’il change, peu à peu. C’est pas grand-chose, ça passe par des petits trucs, mais c’est déjà ça. Par exemple, il s’efforce de moins se bagarrer, il s’est inscrit aux ateliers pour gagner un peu d’argent… Bon, ça ne suffit pas a totalement effacer son comportement, loin de là. Mais ses vieux voient qu’il fait de son mieux et l’y encourage. C’est déjà bien. Même si le rouge sait les avoir déçu. Avec les autres prisonniers, ça passe plus ou moins. Un détenu, apprenant ce qu’il a fait pour se retrouver ici si jeune, lui propose d’intégrer les Rioters dont il fait partie. Sans avoir la force de refuser, Helios ne dit pas oui non plus et annonce simplement qu’il verra à sa sortie de taule. Sa sortie. Oui. Voilà ce qu’il attend, aussi, pour montrer à tout le monde qu’on peut être de Meridium, avoir fait de la taule, et ne pas totalement mal virer au final.

Mais alors qu’il ne lui reste plus que deux semaines en détention, le détenu apprend la mort de ses parents. Un truc con, en plus : c’est un de ces cambriolages si fréquents qui a mal tourné. S’il avait été là, il aurait pu les aider, les protéger, empêcher qu’il ne leur arrive quelque chose. S’il avait été là, il aurait maravé la ganache des salopards qui ont buté ses parents, les latter à leur en faire bouffer leur dentier par l’anus, les pulvériser à… Tsk ! A quoi bon ? Pendant plusieurs jours, Helios est fou de rage et de douleur, au sens propre. S’explosant les phalanges à force de taper dans les murs, on finit par lui administrer un sédatif pour le calmer et l’empêcher de trop s’auto détruire. De nouveau, il a cette rage au ventre qui le ronge et l’anime. Bordel, et il ne pourra même pas être à l’enterrement ! Ni les voir à nouveau, ni s’expliquer, ni faire tant de choses avec ses vieux. De nouveau, il a cette rage au ventre qui l’anime et ne le quittera plus. Peu à peu, l’adolescent se calme. Du moins en apparence. Il réfléchit et rumine cet amas de sentiments douloureusement haineux. Finalement, n’ayant plus aucun frein, pourquoi devrait-il se forcer à être ce qu’il n’est pas ? C’est justement en étant normaux que ses parents se sont fait tuer. C’était des gens trop bien pour Meridium, il leur aurait fallu autre chose… Putain de Libra qui sur couve Palladium alors que c’est à Meridium que ça dégénère ! Ouais… C’est à cause d’eux que tout déraille ici, qu’il a perdu ses parents.. Eux et les richards de Paladium qui ont condamné à la mort leur gamin juste parce qu’il n’aimait pas la bonne personne.

Une fois dehors, le premier geste d’Helios est de s’acheter un paquet de clopes. Puis, il se dirige droit vers l’adresse que le rioter lui a filée et intègre ceux-ci. Au début, on se fout un peu de la poire de ce gamin paumé d’à peine 16 ans. Mais la hargne qu’il a ne laisse aucun doute : il est parmi les siens ici. Et il fera quelques rencontres, par ci par là, en traçant son chemin tout seul. Arizona, par exemple, avec qui il s’entend vraiment bien malgré un début plutôt percutant. Cette fille un peu barge, elle est comme lui. Il le sait, il le sent. C’comme ça, quoi. Une des rares qui compte pour lui. En toute amitié.

Maintenant, Helios a grandit, et a même gagné un peu de maturité. Mais sa rage contre la Libra est intacte. Avec ses 23 piges, il peut se vanter d’être Rioters depuis quelques temps. Ce qu’il ne fait pas, autre chose à foutre. Comme bosser, par exemple. Bah ouais, ‘faut bien croûter dans al vie. Les débuts à sa sortie de prison ont étés un peu difficiles, mais il a pu se trouver un job de serveur au Chat Noir, et habite toujours le petit appart’ perrave où il a toujours vécu. A quelques reprises, on a voulu le cambrioler lui aussi malgré le fait qu’il ne possède vraiment pas grand-chose, mais il a si bien arrangé le portrait des gus en devenant fou de rage que bizarrement ce genre de pépin s’est espacé. Ils se sont peut être passé le mot, qui sait ? En tout cas, Helios a retenu la leçon : c’est en voulant jouer au mouton qu’on se fait becqueter. Alors autant faire comme tout le monde ici et sortir les crocs dès qu’un abruti te pompe l’air. Et puis franchement, ça simplifie la vie, même si ça sous entend qu’il faut avoir une pharmacie bien remplie chez soi.



surnom : Satan
âge : 23 ans
anniversaire : 3 décembre
pays : France.
connexion : Autant que possible. Sachant que j'ai pas le net sur mon ordi mais que je taxe celui de la maison ah ah ah
un petit mot ? :"Maman" en finlandais ça se dit "Emo"




Dernière édition par Helios Ritz le Mar 20 Mar - 17:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Helios Ritz, got it ?

messages : 51
ici depuis : 29/08/2010
i like : Cloper peinard

MessageSujet: Re: Helios Ritz - Fais pas chier, ou j'te fais bouffer d'la confiture de dents ! Pigé ?   Sam 10 Mar - 4:59

J'me permets un petit up pour signaler que normalement, ma fiche est terminée.

J’espère que cela colle assez au prédéfini, et que ça correspond à ce que vous attendiez.

Sinon bah... Dites moi quoi et Editer est mon ami, hein XD
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Arizona Yang, got it ?
fonda du feu de dieu (a)

messages : 32
ici depuis : 29/02/2012
i like : casser des bouches.

MessageSujet: Re: Helios Ritz - Fais pas chier, ou j'te fais bouffer d'la confiture de dents ! Pigé ?   Sam 10 Mar - 11:10

CONGRATS 006004 !
vous venez officiellement d'entrer dans la communauté de NWAX, tout droit chez les rioters, soyez-en honoré (ahem) ! tout le monde vous souhaite la bienvenue et nous espérons que votre aventure se passera au mieux. vous pouvez d'ores-et-déjà vous rendre dans les parties adéquates afin de faire vos demandes de stuff (en tout genre : logement, métier), de créer votre réseau de connaissances ainsi que d'organiser et demander vos rplays ! restez attentifs aux changements opérés au cours de votre aventure sur le forum, ainsi qu'à la partie des news et des intrigues (mini-intrigues qui peuvent survenir à tout moment et à utiliser en rp). pour faciliter votre intégration, n'hésitez suuuuuurtout pas à vous rendre sur la chatbox ainsi qu'aller flooder un peu (ou en masse). mais avant tout, amusez-vous bien !

Mon dieu, j'adore ! Ton style d'écriture est tellement, WOW. J'ai l'impression de bien rentrer dans une histoire qu'Helios raconterait, ça claque ! Tes « tseuh » et tes « je lui ferais bien bouffer son dentier par l'anus » me tuaient, vraiment. xD T'as rendu Helios encore mieux que ce que je ne l'espérais, alors bien sûr que t'es bon pour le Meridium, là !
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé, got it ?


MessageSujet: Re: Helios Ritz - Fais pas chier, ou j'te fais bouffer d'la confiture de dents ! Pigé ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Helios Ritz - Fais pas chier, ou j'te fais bouffer d'la confiture de dents ! Pigé ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: