AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON EST DESCENDUS À TRENTE, MAIS VOUS POUVEZ ENFIN VOUS AMUSER !

Partagez | 
 

 -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Mar 28 Déc - 22:38




    Inconnu [facultatif]






Abygail Georgianna Miller

NOM : Miller
PRÉNOM : Abygail dites Aby Georgianna
ÂGE : 19 ans


ORIENTATION SEXUELLE: J'aime n'importe qui. Le n'importe quoi serait assez glauque. J'avoue que je le suis un peu...mais je ne fais pas encore partie de cette catégorie de personne U_U
GROUPE SOUHAITÉ: Students
SI STUDENTS, QUELLE CLASSE ?: 3 ème années



Description physique ~

« Pourquoi voulez-vous savoir à quoi je ressemble. Alors qu'il vous suffit de me regarder ? Pourquoi avoir besoin de ma description physique, si ce n'est pour confirmer ce que vous pouvez voir ? Pourquoi alors ? Serait-ce pour que je montre ce que vous ne sauriez voir avec vos yeux ? Non. Moi je crois bien que c'est plus une manière de voir comment la personne se perçoit. Je me trompe ?
Soit. Si vous insistez.

Aby est une jeune femme ni petite, ni grande. Son mètre septante lui suffit et elle ne pense pas grandir un jour. D'ailleurs, Aby n'aimerait pas, car cela voudrait dire qu'elle risquerait de se retrouver au-dessus de certaines personnes, si ce n'est de tout le monde et l'on sait que se croire ou alors être au-dessus, dans une société comme la nôtre, c'est être un salop de boss. Personne n'aime les boss. Si tout le monde déteste de toute manière Aby, sachez que Aby n'est en tout cas pas une salope. Ou alors une salope trop maigre pour en être réellement. Car en effet, si la balance de Aby affiche un petit 60 kilogrammes, ce qui est parfaitement correct je trouve, le médecin dit que c'est une menteuse. Pour ne pas dire que la jeune femme souffre d'une forme d'anorexie inversée, elle s'aimerait lourde, alors elle se voit avec 60 parfaits petits kilogrammes, alors que la réalité est toute autre. Aby ne pèse que 45 kilogrammes. Pourtant, elle se nourrit ! Mal ou pas, c'est une autre question. Et même à moi, Aby ne le dit pas. Cependant, ses 45 petits kilogrammes, que le docteur trouve alarmant, est parfaitement réparti. La poitrine de Aby est par conséquent, loin d'être voluptueuse et la copie conforme de celle que la plupart des femmes aimeraient avoir ou a déjà. La sienne est discrète et c'est tant mieux. Elle suffit juste à faire illusion quand à sa taille si fine. Si elle en avait eu de plus gros, Aby, non seulement aurait été malheureuse, mais en plus, elle n'aurait pu peser que 45 kilogrammes et en plus, on aurait vite été choqué par ce corps si maigre. Maigre...pourtant, ses côtes ne pointent pas le bout de leur os. C'est marrant. Elle aurait aimé pouvoir les compter, mais non. Elles se cachent et se font discrètes tout comme sa poitrine ou encore ses hanches qui paraissent malgré tout assez ronde. C'est à cause de son ventre plat. Très plat ? Trop plat ? Avec ce petit nombril qui forme juste un minuscule trou au milieu. Un trou vide, comme tous les nombrils, cicatrice qui nous relie à maman...car à papa, se serait improbable voir impossible. Peut-être dans un autre monde, qui sait ?
Les jambes de Aby sont très longues. Elles paraissent infinies, si ce n'est une illusion d'optique due à la longilignité de la chose. Elles lui permettent de courir vite, ce qui n'est pas rien. Même si ses poumons ne l'entendent pas de cette oreille, car ils ne supportent pas le moindre effort physique les vilains. Aby. c'est aussi une paire de bras, couvert de ce que l'on appelle de la peau. Ses extrémités sont donc aussi fines que ses jambes, si ce n'est plus, au bout duquel, il y a une paire de main aux longs doigts fortement habiles, car fortement graciles.

Puis, Aby, cette poupée de porcelaine à la peau pâle comme la Lune, possède un visage. Comme tout le monde d'ailleurs, car se serait assez étrange de paraître devant les gens sans peau sur la tête. Ce visage donc, est constitué d'une bouche pulpeuse et presque trop sensuelle par rapport à l'entier de Aby. Elle est rouge. Ce qui lui a valut pendant un sacré moment le surnom de Blanche.neige, cette cruche de dessins animés, qui fait de l'esclavagisme sur animaux. Alors non, ne la comparez pas à cette princesse, car Aby risquerasit de mal le prendre et en plus...elle n'aime pas les animaux. Elle y est même allergique. Ou alors c'est une manière commune de dire: J'en ai rien a foutre de ton chien !
Cette bouille de poupée est surmontée d'un front assez large, masqué par une courte frange de la même teinte ébène de sa chevelure coupé court. Aby n'a pas toujours eu les cheveux au niveau des épaules. Il fut un temps, il y a longtemps, elle avait les cheveux longs et lisses. Soyeux, elle les laisse souvent légèrement ébouriffés. Pour masquer légèrement ce visage..visage au menton pointu, au moins autant que son petit nez.
Et puis...il y a ses yeux. Aby possède de magnifique yeux changeant. Des yeux caméléons. Lorsqu'elle est heureuse, ils sont bruns. Donc la plupart du temps...ils sont verts. Un beau verts que surplombent des sourcils quai inexistant.

Est-ce que cela vous suffit ? Ou alors en demandez-vous plus ? Aby, c'est moi. Et je n'ai rien à dire de plus.

-STYLE-

Une fille ou un garçon. C'est là toute la question. Car je suis née fille, mais je n'aime pas le mettre en avant. J'aime trop le confort des vêtements de garçon. Des costards noirs, pantalon cintré qui font tout sauf mettre en valeur mon corps de femme malgré moi. Des chemises bouffantes qui cachent parfaitement ma féminité naissante du haut de mes 19 ans, avec des cravates ou des nœuds papillon. Le tout de noir, obligatoirement. La plupart des gens me comparent alors à Mercredi adams, Cela ne me dérange pas...elle tout autant déranger que moi.
L'uniforme scolaire, lorsque j'étais enfant, était une obligation terriblement atroce et marquante. Une expérience jupe et chemisier "kawaii" que je trouvait juste gerbant. Rendre mon petit déjeuner sur les robes de princesse que mes grand-parents voulaient que je porte...sur les petits escarpins de couleur. Vomir alors, sur toutes les couleurs de ce monde. Un pull rose, une jupe verte, un haut jaune. C'est terrible, mais moi, je vis au temps de Chaplin. En noir et blanc. Des chaussettes blanches, des vinyls d'homme d'affaire ciré...noir.
Même mes sous-vêtements sont à cette image. Soit blanc, soit noir. Jamais, vous ne me verrez avec une couleur ou pire, une jupe. Je ne porte que des pantalons. Des costards. C'est cher, mais c'est ce qu'il me faut pour survivre dans un monde où Babie aurait put être présidente.
Le maquillage...c'est une manière cachée de se voiler la face.»


Description psychologique ~

«C'est quoi, être bizarre ? A force que l'on me répète ce mot, cette phrase, cette...critique ? J'aurais dû, mais je n'ai pas pu. Comprendre. Comprendre un mot si dérisoire. Bizarre. Est-ce d'après les normes imposées par la société ? Mais elle-même ne les respectes pas...ces normes. Car autrement, tout le monde serait à la même. Les maisons auraient toutes la même forme. Elles auraient toutes les mêmes couleurs, les mêmes fenêtres...le même nombre d'étage. Elles seraient toutes habitées par des personnes qui se ressemblent. Le même visage, les même cheveux, de la même couleur. Se serait un monde d'Aby. Fait de noir et de blanc. Voilà. Mais non. Les maisons se distinguent toutes les unes des autres. Alors les Aby ne peuvent être bizarre. Car autrement, de son point de vue, à Aby, tout le reste du monde est bizarre. Car personne n'est comme elle. Alors non. Ne me dites pas que je suis bizarre sans au préalable avoir cherché pourquoi et surtout, par rapport a quoi. Dans un monde où la conformité n'a plus sa place, ne venez pas me dire à moi, qui tente de ne pas me démarquer, de ne pas me faire repérer, rasant les murs, que je ne fais pas partie du décor. Car si j'ai des idées bien arrêtées sur le monde et ce qui l'entoure, sur ma vie et ce que j'ai en moi, cela ne se voit pas sur mon visage ou sur mon corps. Une anticonformiste dans l'âme, qui se cache des autres, pour ne pas avoir à subir leurs questions stupides. Aby, c'est moi, fait peur aux autres...à vous. Pourquoi ? Parce qu'elle se parle à elle-même. Elle use parfois de la troisième personne au lieu de la première pour parler d'elle, de ses désirs...si elle en a. Car Aby, c'est une jeune femme qui aime la monotonie des choses, mine de rien. Elle mange la même chose à chaque petits déjeuner, se lave les dents de la même manière, sans cesse. Elle a peut-être des idées noirs parfois, mais elle ne crois pas en la mort. Enfin...si. Mais pas comme tout le monde. Car elle lui a fait promettre quelque chose que les gens ne voient pas comme quelque chose de normal. Que les gens craignent. Aby, elle aurait put être une fille comme les autres. Cela aurait probablement épargné la vie de pas mal de gens. Mais c'est ainsi. Si elle ne déteste pas sa vie, elle ne l'aime pas plus que cela. Mais ce n'est pas parce qu'elle ne le chante pas, parce qu'elle ne remercie pas chaque jour un dieu en qui elle ne croit pas, qu'elle ne mérite pas de vivre.
Aby, encore, c'est une fille qui ne pleure pas. Ce n'est pas qu'elle soit à sec, mais c'est qu'elle ne voit pas l'intérêt de gaspiller l'eau que l'on a dans le corps pour rien. D'ailleurs, pour qui ? Vous ? Moi ? Sa propre vie ? Ses parents morts ? La douleur alors ? La douleur c'est un plaisir comme un autre pour la jeune femme atypique. Aby, c'est une fille qui aime le glauque, le sang, le noir. Les ténèbres...les corbeaux...les roses noirs. Le seul élèment de couleur qu'elle sait apprécier, c'est la Spider Lily. Cette fleur si belle et si étrange, qui fait penser à une araignée. Un bouquet de patte d'araignée. Les insects sont là bien les seuls êtres vivants qu'elle respecte réellement. Car eux, ne se voilent pas la face. Ils sont laids et alors ? Avez-vous déjà rencontré un cafard avec du far à paupières ? La simplicité. Voilà ce qui touche son coeur de glace.
Sourire ? Cela lui arrive. Mais dans d'étrange condition. Vous la détestez parce qu'elle est trop franche et n'a peur de rien, car si on a pas peur de mourir, c'est le comble et donc on a peur de rien...rien qui existe et pour ce qui n'existe pas...elle n'y croit de toute manière pas. Alors excusez sa franchise crue, ses paroles trop cherchées. Un chien n'est pas un chien...pour elle, c'est une être canin doté d'une certaine intelligence à la servitude. Voilà le genre de propos qui pourrait sortir de ses lèvres, si jamais vous l'interpelez. Car si ce n'est pas le cas...alors elle vous ignorera. Elle ne perdra jamais son temps avec une personne indigne de tout intérêt.

Quoi d'autre ?___
Je suis une fille complexe. Je me le dis souvent à moi-même. Car oui, je me parle. Je me trouve assez intéressante pour m'adresser la parole de temps à autre. Vous voulez donc maintenant, savoir si j'ai des vices, des tics et des manières. Énervants ou pas, j'en ai.
Je claque ma langue contre mon palais quand je parle, ce qui ponctue mes phrases de petit "toc" pouvant irrités. C en'est rien. Cela fait que vous ne viendrez peut-être plus jamais me parler. Je bats des paupières très lentement lorsque je suis en présence d'une personne intéressante. C'est rare, donc je ne pense pas que vous pourrez le voir une fois. Autrement, certains se demandent si je bats réellement des paupières. Ils ne le voient presque pas. Ils doivent être aveugle.
Je suis maniaque. On ne pourrait pas croire comme ça, mais ne vous y fiez pas. J'ai une vie rangée et calculée à la minute près. Je ne sais pas si j'ai d'autres tics ou manière. J'ai une forte tendance à me toucher les cheveux, les rabattre en arrière, montrer aux gens choqués, que je n'ai pas ou presque pas de sourcils. On me prendra alors pour une yankee...d'autre carrément pour une yakuza. et moi je me contenterai de rire.

Les animaux sont là uniquement pour que l'Être humain se sentent supérieur. Moi, je n'en ai pas besoin...car vous êtes là...

Vous la détestez déjà ? Ce n'est rien...elle aussi. »


Histoire ~

«"Il était une fois"...c'est une connerie inventée par les adultes pour faire avaler n'importe quoi aux enfants»

«Dans ma famille, nous sommes clients du suicide. De trop fidèles clients, je le crains. C'est ce que disent les gens qui nous entourent. Ils pensent parfois, avec la folie de la société qui a tant besoin de mettre un nom sur chaque choses inexpliquées afin d'expliquer l'inexplicable, que les Miller sont maudits. Mes parents, mes oncles et tantes, mes frères et sœurs...les enfants qu'ils n'auront jamais. Ils pensent même que je suis la prochaine sur la liste, que je finirai par pousser les portes de la boutique et dire " Bonjour Mr.Suicide. Me voilà enfin ! Fidèle à ce que je suis et dois être." Ils ne peuvent pas se tromper, ils n'aimeraient pas avoir tort. Personne n'aime avoir tort de toute manière. Car c'est montrer qu'on est peut-être pas si intelligent que l'on aime à penser. Foutaise. Moi, je vais leur montrer pourquoi ils ne peuvent avoir raison sur ce coup. Je vais leur donner le pourquoi du comment de tous ces suicides. Alors laissez-moi commencer mon histoire par le tout premier suicide de cette famille. En plaçant les circonstances correctement, je pense que cela vous aidera à comprendre. Si ce n'est pas le cas, je vous donnerez peut-être la solution...dans une autre vie.

Donc bon. Je pourrais commencer par le fameux "Il était une fois" mais cela signifierait que je m'apprête à vous raconter des bobards et moi, Abygail Miller alias Aby, je ne mens jamais. Même pas un peu, contrairement à ce que pensent certains qui me posent la question. So...je vais commencer par planter le décor.

Les Miller sont une grande famille de riches. Trop riche pour être haït...trop puissante pour être aimée. Ils ne sont pas puissants dans le sens de "Je peux tuer sans risquer de me retrouver dans la gadou" mais assez puissant pour dire "Lèche moi le cul" pour que la personne s'exécute. C'est la vie. Cette famille naquit avec le tout premier. Un homme grand et fort de caractère. Un sacré homme. Un homme sacré aussi. Enfin. Être sacré ne protège pas de l'amour, car comme le dit un dicton connu: °L'amour est un tyran qui n'épargne personne° Sauf lui...que je m'explique. Né dans une riche famille, il fut marié de force à une femme qu'il ne connaissait ni des lèvres, ni des dents. Elle était moche et elle sentait fort le parfum d'antan. Autant dire qu'elle était aussi vieille que Crésus était riche. Mais voyez-vous, elle était puissante et jamais personne n'avait réussi à la marier. Ce fut donc mon arrière grand-père qui fut sacrifié, afin qu'une guerre entre les deux familles n'éclate. Il se retrouve donc, ce pauvre Henry, totalement dépourvu de chance côté cœur, coincé avec cette vieille folle qui pue. Mais ma foi...les folles, bien que dites "Space" "strange" "Ugly" tout ce que vous voulez, restent des femmes qui désirent un enfant. Et puis. Elle est vieille il faut trouver au plus vite un moyen d'offrir ses gènes moisis au reste du monde. Et quelle est la meilleur manière alors ? d'offrir généreusement ce que personne ne lui avait jamais demandé ? Vous avez tous suivit des cours poussé ou nom de sexualité à l'école, je n'ai donc pas besoin de vous faire de dessin mmm ? Surtout que le tableau de mon arrière grand-père et de cette...enfin vous voyez. DONC. Elle voulait un enfant. Et...pauvre Henry, il était le seul qui pouvait ou alors devait, le faire. Autant vous dire que pour lui, s'aurait été plus sympathique de manger des limaces. Et quand je vois les photos de cette femme, je dois dire que même manger des larves passerait mieux. Mais il était un bon fils de bourge et donc, il voulait un héritier. Il cèda donc à la requête de madame.
Quelques temps plus tard, la dame eût ce qu'elle voulait et mon arrière grand-père aussi...la mort. Oui je sais. C'est...soudain. Mais son fils, donc...mon grand-père, n'aura pas eu le temps de le connaître, car son papa préféra mourir que de rester ainsi, malheureux, auprès d'une femme aussi...repoussante. Alors comme quoi, mourir par amour prend presque son sens ici. Henry est donc mort par amour pour son...amour propre.

Vient ensuite l'histoire de mon grand-père. Après la mort tragique de son père, qui s'est pendu dans la grange, il dut grandir auprès d'une femme repoussante qu'il fut obligé d'aimer. Croyez-le ou non, c'est de lui que j'ai appris que l'on a le droit de détester ses parents, que tout ce que disent les psy sur le fait que quoi qu'il arrive, un enfant aimera toujours ses vieux...c'est totalement faux. Une manière probablement que les personnes liées par le sang ne s'entretuent pas sous peur de se retrouver affubler d'une camisole de force. Je ne sais toujours pas pourquoi les gens aiment rarement être coincé dans une cellule...enfin.
En grandissant, sa haine pour sa mère mûrit avec lui. On ne lui demandera jamais pourquoi, car tout ce qu'il répondra c'est que c'est ainsi et pas autrement. Donc voilà. Fort heureusement pour lui, cette vieille carne finit par rendre l'âme. C'est qu'elle avait fait son temps celle-là !
Soulagé, il put prendre les rennes de la famille et enfin se marier et avoir lui-même des enfants. Le destin voulut que sa femme soit une créature aussi magnifique que diabolique. Elle n'en avait que pour son argent. Mais le pauvre homme ne se doutât de rien. Tout au long de leur mariage d'ailleurs. DONC, ils eurent des enfants. Une paire de jumeau, un garçon et une fille, ainsi que des triplés et un petit dernier, qui allait devenir mon papa. Cette vie de château ne leur réussissait pas et encore moins lorsque l'on voyait que la femme devenait avare de jour en jour et que ses enfants devenaient de parfait brigand. Mon papy avait alors tout misé sur le petit dernier, qui lui, s'il était plus ou moins net, avait au moins la gentillesse de ne pas trop lui en demander. Dépression, quand tu nous tiens...tu ne nous lâches plus. Et pire...cette dernière emporta mon grand-père qui mit fin à ses jours alors que son petit dernier atteignait tout juste l'adolescence. Comme s'il devait continuer la chaîne, ne pas la brise,r laisser le suicide entrer une nouvelle fois dans la vie des hommes de la famille Miller. Ce qui advint ensuite de la femme, elle brûla l'entier de la fortune, qui était affreusement onéreuse et se tua en voiture. Les jumeaux eurent un enfant ensembles et finirent par mourir par un manque évident de patience avec le rejeton qui avait eu le malheur de tombé sur les rares cas de consanguinité. Ce qu'il devint...je ne saurais vous répondre. Pour ce qui est des triplés, ils firent fortune ensemble en montant un groupe de musique, mais sombrèrent dans la drogue. Et si un fini dans un bar à striptease, les deux autres ont honorés leur contrat avec la mort. Un par overdose et l'autre en s'étouffant avec son vomi après une cuite. Oui...l'alcool et la drogue, c'est mauvais pour la santé. Quand au dernier...c'est probablement celui qui réussit totalement sa vie. Doué en classe et par la suite en affaire, il se fit une place dans la haute et tomba amoureux. Une jeune femme étrange et légèrement dépressive, mais tellement jolie et douce. Ils eurent un seul et unique enfant ensemble. Moi. Nous vivions tous trois dans une jolie petite maison, dans un joli petit quartier tranquille malgré la guerre entre les Numbers et les Rioters. Guerre qui n'effleurait pas de ses ailes de mauvaise augure notre toit. Je pourrais continuer en vous disant que j'ai vécu ensuite une vie de rêve, entre des parents heureux et tout cela sur un fond sonore de la mélodie du bonheur, mais ce serait aller contre tout ce que je suis. Devenu.
C'est assez étrange. Tout me destinait à devenir une jolie petite blonde comme mon père ou alors une noiraude belle et dépressive comme ma maman. Mais si j'ai eu sa chevelure, je n'ai ni eu le bagout légendaire de mon père et encore moins la douceur naïve de cette femme que je devais appeler "Caroline" Maman était une chose trop...austère et formelle pour elle. Étrangement, leur petit colibri, qui était destiné à un avenir en tant que douce petite hirondelle, devint en fait un affreux corbeau cynique. C'est marrant comme tout change lorsque vous commencez à marcher. Car c'est du moment que mes petits pieds ont foulés le sol que je suis devenue ainsi. Cynique. Acerbe avec des idées noires et un humour qui l'était encore plus. A l'école, j'étais brillante. Oh oui...la plus brillante, sans me vanter. Mais mes petits camarades avaient droit à des oiseaux morts dans leurs tables...des rats morts parfois. C'était ma manière à moi de passer le temps. J'ai eu affaire à des centaines je pense, durant toute mon enfance, de psy. Tout ça pour quoi ? Pour que l'on aille dire à mes chers parents que je n'étais pas très saine d'esprit. Mais c'est quoi "Sain d'esprit" ? C'est manger des légumes uniquement ? Aimer les dauphins ? Tenter à la survie des baleines ? Ou encore refaire le monde allongé sur le lit ? N'importe quoi. Moi j'aime le noir. Me promener sous la pluie. Rentrer mouillée, risquer d'attraper la mort...la provoquer chaque fois que l'occasion se présente. Du côté parental, c'était terrible. Ils n'avaient pas su faire un enfant normal. D'après les critères de la société, j'étais un être a part et totalement dénué de sentiments sociales. Plus aucun diplômé ne voulait entendre parler de moi. Je n'étais pas dangereuse pourtant...pourtant. Un soir, je devais avoir 16 ans, je suis rentrée de cours. Comme d'habitude, j'ai posé mes chaussures dans l'entrée, ait pris une douche, ait mangé seule dans le grand salon et me suis assise dans le canapé avec un bouquin. Ensuite, je l'ai refermé et l'ai posé à côté de moi. Et comme toujours, je suis restée assise une demi heure dans ce même canapé et ai regardé les secondes de la pendule d'égrenées doucement au son du tic tac régulier. Mais il y avait quelque chose de changé. Je n'entendais pas le tac tac régulier de mes parents en train de manger dans la cuisine. Je n'entendais rien. Depuis que papa était rentré, peu de temps avant que je ne commence à manger, il n'y eut plus aucun bruit. Tout ce que je sais, c'est que ça sentait le gaz et que maman prenait sa douche depuis bien trop longtemps maintenant. Je suis restée encore un instant prostrée et lorsque ma demi-heure fut passé, je suis montée voire ce que faisait "Caroline" J'ai poussé la porte de la salle de bain et me suis excusée en la refermant. Caroline baignait dans son sang, les poignets ouverts, un couteau pendant lamentablement dans sa main qui ballotait en dehors de la baignoire. Je suis redescendu lentement et ait été coupé le gaz du four en faisant attention de ne pas déranger papa qui était la tête dedans. Je suis ensuite retourné lire dans le salon. C'est la porte qui s'ouvrait d'un coup, balayant un magazine qui se trouvait sur le sol sous l'effet du vent qui s'engouffrait dans notre demeure qui me fit lever les yeux. Un voisin m'attira contre lui en me disant que ça allait aller, qu'il allait s'occuper de tout. Il y avait des policiers et des ambulances. Le quartier normalement si tranquille était animé d'une nouvelle vie. Je suis sotie avec lui et ai passé la nuit dans sa maison. J'ai dormi comme un bébé ce soir là. Le lendemain, j'ai passé la journée à répondre à des questions. Le surlendemain, ce fut pareil. Je fut finalement acquittée pour le suicide de mes parents. Ils pensaient que je les avais tué, car je ne réagissais pas plus que cela et continuais ma vie. Comme si c'était un crime.
Lors de l'enterrement, je sentais une femme me pincer. Je crois qu'elle voulait que je pleure. Plus tard, lors de la cérémonie d'après enterrement, tout le monde ce mit à me parler de manière peu polie. Ils avaient envie de me voire pleurer...je crois. Je me suis contentée de rire et suis rentrée dans ma maison vide. J'ai ôté mes chaussures, que j'ai posé dans l'entrée. J'ai ensuite prit une douche et lavé le sang qu'il y avait entre les carreaux du sol. Je suis descendue prendre mon repas dans le salon, ait lu un livre et ait regardé l'horloge égrené ses secondes pendant une demi-heure. Je suis ensuite monté me coucher. Je crois que j'ai mangé une glace avant...je ne sais plus. En tout cas, je me souviens qu'elle était drôlement bonne. Et ainsi se suivirent mes journées. Le voisin venait de temps en temps me rendre visite. Il était sympa avec moi. J'ai eu souvent envie de lui. On a fini par le faire. Après cela, j'ai eu souvent envie d'homme. Et j'ai souvent obtenu ce que je voulais avant de rentrer et de suivre le même fil rouge de ma vie. Aujourd'hui, je suis toujours les cours. Je suis toujours une élève douée et je continue de vouloir devenir Médecin légiste. Je ne suis toujours pas morte, comme le prédisait ceux connaissant ma famille suicidaire. Et puis...j'ai fait un pacte avec la mort.

"Mort, quand tu viendras me chercher...préviens moi avant s'il te plaît. J'aimerais t'attendre en passant ma dernière demi-heure à regarder ma vieille horloge égrener ses secondes au son des tic tac régulier du pendule...
Je te remercie." »




Toi, oui toi ! Derrière l'ordinateur o/ ~


SURNOM : Baise-mouche ? x'DDD
PRÉNOM : Junko
ÂGE : 20 ans
Ce que tu aimes : Baudelaire. Lire. Mon bébé, Owen. Flâner et geeker.
Ce que tu détestes : les gens U_U Enfin...la plupart ou va dire.

Comment as-tu connu le forum? Je ne sais plus trop. Je l'avais depuis longtemps dans mes historiques, car j'étais passée faire un tour ici une fois.
Double-Compte?: Non

Une petite blague ? :3 Commetn est-ce qu'on appelle un boomerang qui ne revient pas ?

Réponse:
Spoiler:
 


Dernière édition par Miller Abygail le Mar 4 Jan - 7:01, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masael N. Black, got it ?

messages : 306
ici depuis : 02/09/2010
i like : pas toi.

MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Mer 29 Déc - 1:18

BIENVENUE !

Si tu as des questions, surtout demande hein, on mange pas. Pas tous, en tout cas. -fufufu- Méfie toi de certains gens, parce que eh .. voilà quoi tsais. Quoiqu'il en sois, bienvenue chez les fous, et bonne chance pour dernier morceaux de ta fiche et ce qui est pour moi le plus dur mais important. L'histoire. Beuh, je pense que j'ai assez parlé non ?! MARDE. Te manque l'avatar, trouve très vite ! J'ADORE voir à qui j'ai affaire, puis bon, c'est toujours plus classe de voir la frimousse de notre ami/ennemie nan ? owo

Un dernier mot Ecko ? Oui J-P, j'aime beaucoup ta description physique et mental, vraiment, j'aime bien ..
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Mer 29 Déc - 4:19

Merci bien U_U
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Mer 29 Déc - 14:22

    Bienvenue, bienvenue ~ . En fait, je poste surtout pour dire que ton personnage est hyper intéressant et génial ... Et que les descriptions sont admirablement bien écrites, à mon gout :o Bref, bienvenue (:
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Mar 4 Jan - 4:58

Q_Q Merci. Je suis touché !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Mar 4 Jan - 7:00

Désolé du double poste...mais je voulais dire que j'avais fini ma fiche !!!
J'espère que ça ira ^ ^
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Lun 24 Jan - 4:25

triple post' mais...toujours personne ?

*retourne moisir dans le placard*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Masael N. Black, got it ?

messages : 306
ici depuis : 02/09/2010
i like : pas toi.

MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Lun 24 Jan - 12:59

Bonjour / Bonsoir Aby ♥.

Alors, je me permet de poster pour t'informer de quelque petit truc important du forum. Son inactivité étant bien frappante, Hikari Rin et moi - même allons le remettre en place. C'est pour cela que tu n'es toujours pas validé. Nous en sommes vraiment désolée. Bientôt, un email sera envoyé à tout les membres, ainsi qu'à toi. Et vous serez tous au courant de ce qui se trame à Never Walk Alone ! ♥ Désolée encore de cette longue attente, Abygail.
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Mer 26 Jan - 6:33

*Sort sa tête du placard avec une couche de mousse verte, comunément appeler Lychen*

Pas de souci, je voulais juste savoir mais ok ^ ^ j'attends encore...

*Repart cultiver la flore de sa face...bientôt...du Canabis sur son dos*
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Ellen Rainworth, got it ?

messages : 242
ici depuis : 14/07/2010
i like : peluche, inventions

MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    Jeu 27 Jan - 15:12

Ohw une pauvre nouvelle qui attends D:. Ecko semble bien t'accueillir je la surveille.Il est vrai qu'on essaye de le refaire revivre comme on peux ce petit forum.En tout cas bienvenue Abby en n'espérant que tu t'amusera bien quand même.



Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé, got it ?


MessageSujet: Re: -ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-    

Revenir en haut Aller en bas
 

-ABY c'est quelqu'un qui aimerait ne jamais ressembler a quelque chose-

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: