AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON EST DESCENDUS À TRENTE, MAIS VOUS POUVEZ ENFIN VOUS AMUSER !

Partagez | 
 

 Anyway this cake is great, it's so delicious and moist. [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Anyway this cake is great, it's so delicious and moist. [ Libre ]   Mer 27 Oct - 23:35

● Ils allaient être bruyants

Ah ! L'air doux d'un matin tout aussi tranquille. Paisiblement allongé dans mon lit, encore, et puisqu'il n'y avait pas cours aujourd'hui, je ne songeai même pas à me lever, préférant flâner un peu encore. Et puis, c'était tellement mieux de se retrouver dans son lit, égal à chacun. Car les moments ou les autres étaient sur le même palier que moi étaient rare, et c'était certain, on ne pouvait réellement me différencier d'une autre personne en train de dormir. J'aimais donc le sommeil. Oui, parce qu'extérieurement, je ressemblais à n'importe quel autre. Ce n'était pas une obsession que de trouver ce genre de détails, mais intérieurement, cela me faisait plaisir. Il fallait dire qu'une fois levé, la réalité reprenait vite le dessus. Je bougeai sans un bruit, me lavais sans pouvoir chanter quelques notes, comme beaucoup semblaient apprécier, et m'habiller sans pouvoir converser avec mes compagnons de chambre. Oui, il m'était bien difficile de participer à un débat, ou même de parler de tout et de rien, lorsque mes mains étaient prises. Et c'était devenu tellement lassant de faire attendre les autres que je préférai ne rien dire, passant pour une personne calme et réservée aux yeux des étudiants et adultes. Je l'étais surement, dans un sens, puisque la violence et les conflits étaient loin d'être ma tasse de thé, et que finalement, je me passais de toutes ces futilités qu'étaient la sociabilité, et l'épanouissement auprès des autres. De toute manière, je n'aimais jamais le regard des autres, ou presque jamais. Dès qu'ils se rendaient compte, leur comportement évoluait, comme s'il leur étaient impossible de me considérer comme un être normal. Je n'écrivais jamais sur mon handicap, après tout, il n'était pas entièrement moi, et les autres n'avaient pas besoin de savoir pour comprendre, oui, même en connaissant l'histoire, cela ne me rendrait jamais l'usage de mes cordes vocales.

Et aussi contradictoire que je l'étais, en duo avec mon humeur si changeante parfois, je ne pouvais me passer de la présence de certain. Masamune en faisait parti.. Et il était surement le seul. Tomoya, celui qui m'avait tant protégé durant toutes ces années, et qui s'en était tant lassé, tant énervé.. Tomoya avait fait sa vie, et étrangement, le plus loin possible de l'école. Je ne pouvais le blâmer, après tout, je n'avais toujours été, pour lui, que le fardeau donné par nos parents. J'étais plus petit, et tellement vulnérable, selon eux. Peut être avaient-ils raison, et peut-être ne serais-je plus en vie à cet instant, s'il n'avait pas été si présent. Mais j'étais grand à présent, et même si je n'étais pas encore considéré comme adulte, j'aimais à penser que mon handicap n'était plus un poids à porter, mais une chance à saisir. Après tout, j'avais les sens olfactifs et auditifs très développés, puisque mon cerveau n'avait plus à se soucier de la parole.

Soit. Le lit ne m'allait pas en fait, il me rendait bien trop pensif, et bien trop chiant, même pour une personne qui se parlait intérieurement. Sans attendre davantage, je me levai, enfilant les premières affaires qui m'iraient. Un simple T-shirt bleu uni, avec un jean des plus banal également. L'automne arrivait à grand pas, et il allait ramener avec lui la pluie et le temps bien moins agréable à vivre. Il fallait en profiter, encore et encore, tant que le temps le permettait. Je sortis donc de l'enceinte de l'école, trouvant qu'une légère brise n'allait pas tarder à se lever. J'étais prévoyant, et je n'avais pas oublié de me munir d'un gilet, astucieusement attaché autour de ma taille. Un sac à dos sur le dos, j'étais près à toutes les éventualités, et surtout, j'étais fin près à combattre l'ennui. Les mains dans les poches, je me dirigeai tranquillement vers ma pâtisserie favorite, celle qui faisait les flans à la vanille les plus gouteux de Kyuu. Et puis, les vendeuses avaient fini par comprendre, si bien que je ne tardais pas à écrire directement ma commande, sur une feuille de calepin. En entrant dans la pièce, je répondis à leur "Bonjour" des plus enthousiaste, par un geste de la main vif, avant d'aller leur tendre mon petit papier. Après quelques minutes d'attentes, je repartis avec ma commande, bien content d'avoir assez de douceurs à manger, pour le reste de l'après-midi.

Marchant à présent vers le parc, je songeai à tout ce temps perdu au lit, en fin de compte à ruminer ces choses, encore et encore. C'était étrange de constater que je désirai de ces moments, et que pourtant, plus le temps passait, plus je me mettais à regretter d'avoir voulu réfléchir. Oui, et j'étais bien bête pour y repenser encore et encore. Une fois au parc, je me dirigeai rapidement vers les pelouses, non loin des jeux pour enfants. Ils allaient être bruyants, comme à chaque fois que je venais, et j'allais pouvoir me reposer, sans que mon esprit ne se perde trop, à nouveau. Il y avait mal d'enfants d'ailleurs, surtout des tout petits. Beaucoup n'osaient même pas s'aventurer sur le toboggan, préférant simplement se faire pousser par leurs Mamans, sur les balançoires. J'en souris légèrement, avant de me poser, et ramener mon sac à dos devant moi. Tirant sur la fermeture pour l'ouvrir, je continuai de les regarder, s'amuser tout simplement. Et presque instinctivement, je sortis mon carnet à dessin, ainsi qu'une boite métallique, qui contenait mes différents crayons et matériels de dessin. Oui, dessiner m'apaisait beaucoup, et même si mes débuts avaient été plus que médiocre, je commençais à me débrouiller, avec un faible pour les humains, à mon grand grand désarroi. Et j'allais donc pouvoir m'entrainer, là, avec ses petits bout de vie qui s'agitaient tant. Repliant mes genoux, je posai mon nécessaire dessus, avant d'observer les structures des jeux, avec beaucoup d'attention. J'allais commencer par le plus facile, certes, mais il me fallait une base, au moins.
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: Anyway this cake is great, it's so delicious and moist. [ Libre ]   Jeu 28 Oct - 2:54


Emi se trouvait dans son lit, enroulée dans sa couverture et le sourire aux lèvres. Il était tôt et elle n'avait pas envie de se lever, pas tout de suite. C'était si plaisant de rester là sans rien faire. Il n'y avait pas un seul bruit. Les voisins devaient dormir eux aussi. Même celui du haut ne faisait pas de bruit, lui qui était si matinal d'habitude. Emi se frotta les yeux avant de remonter la couette jusqu'à ses oreilles. Elle se demanda alors ce que papa et maman faisaient. Continuaient-ils de tuer pour leurs idéaux ? Surement. Tout de même, ils étaient vieux maintenant, ils devraient arrêter avant de se coincer le dos. Emi rit tout bas. Elle ne devait pas se moquer. C'était méchant. S'enfonçant encore sous sa couette, elle respira de plus en plus lentement. Les yeux fermés, plus rien n'avait d'importance ici. On pouvait être n'importe ou, tant qu'on se l'imaginait. Emi resta là sans bouger pendant quelques minutes de plus. Puis, retirant la couverture d'un geste vif, elle posa pieds à terre.

Un petit bâillement suivit de quelques pas retentirent dans la pièce. Les rideaux furent tirés avec lenteur, laissant ainsi les rayons du soleil pénétrer dans la chambre. La jeune femme aux cheveux emmêlés trainait des pieds. Elle se dirigea vers la salle de bain et en ressortit avec une brosse à dent dans la bouche. Ses yeux étaient encore mit clos. Frottant ses petites quenottes avec efficacité, Emi poursuivit son brin de toilette. Elle se passa un coup d'eau sur le visage, se peigna, puis partit à la recherche de ses vêtements. Elle manqua de tomber à plusieurs reprises à cause du tapis, mais réussit tout de même à s'habiller. Elle n'avait pas un programme chargé aujourd'hui. En fait, elle avait le temps qu'elle souhaitait pour se reposer et s'amuser. Laissant donc les bandages de côté, elle choisit une petite jupe blanche avec un chemisier rose pale, légèrement décolleté. Pour accompagner son ensemble elle mit des sandales et un serre-tête orné d'une fleur rose dans ses cheveux argentés. Inspirant une bouffée d'air frais à la fenêtre, Emi se dit qu'une promenade dans le parc serait appropriée.

Le soleil brillait haut dans le ciel clair. Il faisait bon, voir presque chaud. Un temps idéal. Prenant son sac à main au dernier moment, Emi s'empressa de descendre les escaliers. Arrivant dehors elle emprunta le chemin du parc, s'arrêtant parfois devant les boutiques de Kyuu City. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas fait les boutiques. Un léger manque se fit ressentir, mais pas au point d'entrer dévaliser le magasin. Emi continua sa route, joyeuse. Très vite elle passa les grilles du parc. Dans cet endroit, tout était verdoyant et fleurissant. Un endroit simple, mais ou il est bon de se détendre. L'automne ne tarderait plus à faire son apparition. Le vent c'était pas trop le truc d'Emi, mais cette saison était pleine de couleur et cela lui plaisait bien d'avantage. La rioter s'approcha des jeux pour enfants. Il y en avait partout. Surtout aux balançoires. Emi avait toujours adoré se balancer très haut et sauter en l'air par la suite... oui, c'était de bons souvenirs. Sauf que sa maman à elle ne l'avait jamais poussé, comme les mamans ici présentes. Son enfance avait surtout été basé sur l'entrainement, afin d'être une rioter redoutable. Emi n'en voulait pas à ses parents. Ils avaient agit en pensant faire le bien. Secouant soudainement la tête, Emi soupira. Ils faisaient pas mal de bruit, ces enfants. Remarque, ils étaient pour la plupart très petits. Ce qui attira le regard de la jeune femme, se trouvait sur la pelouse, juste en face des jeux. C'était un homme qui souriait en admirant la même scène et qui la dessinait sur un carnet. Il semblait intouchable vu d'ici. C'est peut-être la raison qui poussa Emi à s'en approcher.

« C'est beau, n'est-ce pas ? »

Elle venait de parler sans vraiment s'en rendre compte. Elle ne l'avait pas même regardé. Le tableau qui s'offrait devant leurs yeux était bien trop captivant. Emi était certes une femme sensible, mais il faut avouer que voir tout ces sourires donnait de la joie. Ses yeux jaunes glissèrent sur le côté, fixant l'étudiant qui se trouvait là. Elle lui lança un petit « bonjour », rempli de douceur et de gaieté. Elle ne savait pas quelle serait sa réaction, mais elle l'espérait bonne. Car après tout, elle n'était pas une mauvaise fille. Être rioter n'était pas forcément un pêché. Si ses actes étaient justifier, qui pourrait la blâmer ? Et puis de toute façon, habillée comme elle l'était et avec un tel sourire, personne n'aurait pu la prendre pour une rioter. C'était d'ailleurs ce qu'il se passait à chaque fois. On ne la prenait pas au sérieux.
Revenir en haut Aller en bas
 

Anyway this cake is great, it's so delicious and moist. [ Libre ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: