AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
ON EST DESCENDUS À TRENTE, MAIS VOUS POUVEZ ENFIN VOUS AMUSER !

Partagez | 
 

 Un simple verre d'eau ( libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar
Matthews Jack r., got it ?

messages : 71
ici depuis : 18/08/2010

MessageSujet: Un simple verre d'eau ( libre )   Sam 11 Sep - 22:46

    Libre ♥

    Les tramways qui passent à toute allure, les gens qui en sortent ou qui y entrent. Les bus qui viennent et qui repartent. De minuscules instants de millier de vies se déroulent ici, dans cette gare. Des gens qui s'en vont à l'autre bout de la ville pour essayer d'oublier quelques problèmes en les laissant derrière eux, des gens qui se retrouvent, des gens qui vont juste rejoindre des amis comme quitter leur amant car ils se sont rendu compte qu'ils aimaient leur compagnon officiel. Tout le monde utilise les transports de la grand gare pour voyager rapidement et on partage ces quelques instants avec les personnes autour de nous.
    Jack avait vu défiler des tonnes de gens depuis deux bonnes heures. De la femme habillé d'un tailleur noir avec un portable à l'oreille tandis qu'elle note quelque chose sur son portable en attendant son tramway tandis qu'un vieil homme seul la regarde parce qu'elle lui fait penser à sa fille à la jeune adolescente avec son uniforme collait à son copain qui la prend doucement dans ses bras en lui souriant naïvement. Oui il en avait vu pleins tous aussi différents les uns que les autres, chacun inscrivant un peu de sa présence en ce lieu ou en les personnes qui étaient dans la gare. Cet homme tentera de reprendre contacte avec sa fille avec qui il a perdu le contact depuis une dizaine d'années pour voir si elle a réussit, cette femme vient de décrocher un gros contrat qui pourrait faire monter sa carrière en flèches, ces deux amoureux se souviendront toujours de ce rendez-vous où ils s'étaient promis de toujours rester ensemble lorsqu'ils sont montés dans le tramway.
    Mais que fait-il ici depuis si longtemps ? Qui attendait-il ? La réponse était qu'il n'attendait rien, ni personne. Il était juste venu ici s'adosser contre un mur en regardant les gens filaient doucement. Un t-shirt blanc dont les manches lui arrivait au niveau des coudes avec une veste bleu et un jean simple avec des converses de couleur noire. Il était habillé simplement et avait presque prit la première chose qui lui était tombé sous la main ce matin. Deux écouteurs doucement posés sur ses oreilles, il s'était tout ce temps laissait porter la musique mais au bout d'au moins deux heures, peut-être plus, peut-être moins il commençait à avoir soif.
    Le jeune blond se releva dans un soupir avant de commencer à déambuler à la recherche d'un petit bar sympa où boire. Il tomba rapidement sur un bar où était écrit en grosses lettres « At Merry's » et qui avait tout l'air d'être un bar. L'adolescent entra le bâtiment avec nonchalance. La lumière avait différentes couleur, passant du vert au rouge en un instant, mais le bar était plutôt sombre. Un fin nuage de fumé régnait dans la pièce tandis que des clients buvaient leur verre remplit à ras bord d'alcool alors qu'ils étaient déjà pour la moitié à demi ivres. Il s'assit sur un des tabourets un peu dur et plutôt rétro commandant distraitement un simple verre d'eau au barman, qui ne semblait pas se soucier de son âge, tout en regardant furtivement la salle quasi bondée.
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Ven 15 Oct - 23:39

[ Je peux ? ]

Jack Ryan… Original comme prénom ! Et en prime, il y a même le nom de famille ! Matieu, ah non, Matthews. Quelle belle signature d’ailleurs… Il a 16 ans ? Eh ben ! Sur la petite photo il en paraît… Enfin, il ne les fait pas du tout ! Bon ! C’est bien joli de jouer avec les cartes d’identités des autres, mais il faudrait peut-être la lui rendre, non ? Seulement, malgré que la ville soit petite, pour retrouver une tête pareille… Surtout qu’entre le moment de la photo et aujourd’hui, il y a certainement des changements physiques ! Qui sait, peut-être qu’il se met des lentilles et se serait coloré les cheveux ? Peut-être bien même, qu’il s’est rasé les cheveux ! Ou l’inverse. Selon ses fréquentations il aurait pût avoir des dreads lock ou une coupe rasta ! Bref… Comment le reconnaître ? Cette carte s'était trouvée sur le banc, sans doute tombée d’un sac… Le propriétaire serait peut-être entré dans le train pour aller à l’opposé du globe, ou peut-être qu’il se trouve encore ici ?

Bah, à quoi bon de se casser la tête sur ce misérable bout de papier. De toute façon, ce n’est pas la mort de perdre une carte d’identité, il pourra s’en refaire une autre. En tout cas, il fait toujours aussi frais par ici… Charly irait bien se prendre un bon chocolat chaud dans le bar d’à côté, ils doivent sûrement avoir ça, même si ce n’est pas la boisson la plus désignée par la clientèle… De toute façon, ce bar, c’est un peu comme le centre du globe pour elle, c’est ici qu’elle a démarré, alors chocolat chaud ou pas, il irait bien y faire un petit tour tout de même.

La petite cloche prévient lorsque quelqu’un vient d’arriver, et ça, c’est une chose que Charly a horreur… C’est le genre de truc qui attise l’attention et qui rameute la fameuse question : « Tiens, tiens, qui est-ce cette fois… ? » Une nouvelle ! C’est Charly Andréa Remen ! Elle est petite et anorexique mais ce n’est pas de sa faute, c'est à cause de sa maladie, alors faut être sympa avec okay ?

Non, non, non et non ! Il n’y avait qu’un seul moyen pour rentrer sans faire le moindre de bruit… Se faufiler derrière quelqu’un ! Ça ferait deux personnes rentrées d’un coup pour une seule ‘alarme’. Mais sa tête fût tellement ailleurs que, machinalement, elle la suivit, cette personne qui lui servit de ticket-passage… Sans s’en rendre compte, elle s’était même assise à côté de lui. Le tabouret était plutôt inconfortable mais c'était supportable étant donné que l’atmosphère de ce bar était toujours conviviale et plutôt chaleureuse. Chaleureux au sens propre du terme vu le froid de canard qui règne dehors… A cette heure-ci de la journée, la petite rousse n’avait pas à craindre les éventuelles bouffées de tabacs, et par conséquent, aucun risque de crise d’asthme ici vu qu’il n’y avait presque personne. Les seules âmes errantes étaient de simples lycéens, voir collégiens, n’ayant rien d’autre à faire que de traîner dans les rues avant de se rendre compte qu’à l’intérieur, il fait quand même meilleur que dehors…

Déjà bien à l’aise devant sa petite tasse, petite Charly, bien que tentée de retirer son épaisse écharpe multicolore, se contenta seulement d’extirper ses gants –multicolores aussi en passant- pour mieux analyser cette fameuse carte d’identité sans se rendre compte que son hôte était à peine à quelques cm d’elle. Inconsciemment, elle murmurait à elle-même les lettres qui bordaient le prénom.

« Jack Ryan… Jack Ryan… »

Dans cette ville, il doit sûrement y avoir une petite mairie pas loin, si l’envie lui prend, elle ira faire un petit tour au pire… En attendant, elle préféra ranger la petite carte soigneusement dans sa trousse, non pas multicolore cette fois-ci, mais fleurie jusqu’à la fermeture éclaire. Calée entre ses stylos recouverts d’une housse tricotée maison, la carte ne risquait pas de bouger, ni de recevoir le moindre coup. De toute façon, ce genre de truc, c’est solide. Soudain, elle eut une idée bizarre « Pourquoi ne pas comparer ma carte et la sienne ? » Oui, c’est exactement à ça qu’elle pensa après avoir légèrement siroté son chocolat encore trop chaud. Ouverture du sac, déballage de la trousse, sortie de la carte, rangement de la trousse, pêchage de l’autre trousse, mauvaise trousse, pioche de la bonne trousse cette fois-ci, ouverture et extirpation de sa carte. Enfin, après toute cette agitation, Charly avait maintenant, en face d’elle, deux cartes d’identités toutes propres toutes nettes. C’est marrant, celle du garçon est plus terne… Ce fût très intéressant, mais pas assez pour y passer sa journée. Les comparaisons, c'est pas son fort. C’était assez embêtant comme situation… Elle avait tout de même autre chose à faire que de courir après le propriétaire d’un papier d’administration égaré… Elle ferait mieux de le confier à quelqu’un d’autre… La personne à côté d’elle ? Boh… Non…

Quoique ? Quelques petits regards furtifs à gauche, à droite. Elle n’osait pas le détailler plus en profondeur de peur de croiser ses yeux. Discrètement elle fit genre de contempler le tableau derrière lui tout en tâchant de l’avoir dans son champs de vision.

Aucun tatouage ou piercing apparent, ça doit être une personne sérieuse, peut-être très studieuse ! Charly peut donc lui vouer sa confiance en toute tranquillité. Elle rangea l’une des cartes soigneusement et plaqua la seconde en face du type.

« Tu le connais ? Il a perdu ça ! Il s’appelle Jack Ryan Mathis et il a 16 ans… »

Matthews Charly… Matthews ! Et Ryan ne se prononce pas comme ça s’écrit, pas « Rien » mais « Ra-y-an(ne) ! » Enfin… Si... Ça se prononce presque comme ça s’écrit mais… Voilà quoi. Bref, un accent ca-ta-stro-phi-que. D’autant plus que la carte qu’elle affichait face à la… ‘Victime’ ? N’était certainement pas la bonne ! Ma puce, il vaudrait mieux que tu saches différencier Remen de Matthews car… Là… Tu es entrain de montrer toutes tes infos personnelles à un presque parfait inconnu.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthews Jack r., got it ?

messages : 71
ici depuis : 18/08/2010

MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Sam 16 Oct - 14:28

    ( Bien sûr ♥ Par-contre c'un peu plus court, désolée. )

    Pendant que son regard se promenait de tables en tables, faisant rapidement le tour il fouilla machinalement dans ses poches à la recherche de sa carte d'identité. En vérité, il n'en avait pas grand chose à faire mais il ne savait plus trop qui la lui avait demandé. Il eu beau fouiller une à une ses poches, la carte d'identité n'était pas là et elle n'était pas non plus dans son sac. Normalement il aurait certainement dû paniquer un peu, se demander où il avait pu la laisse tomber voir sortir dehors en courant pour la chercher de fond en comble. Pourtant il n'en fit rien, il pourrait la refaire le lendemain en allant à la mairie.
    « Tu le connais ? Il a perdu ça ! Il s’appelle Jack Ryan Mathis et il a 16 ans… »
    Une petite voix lui fit tourner la tête. A côté de lui s'était assis une adolescente plutôt petite qui semblait même bien jeune pour traîner ici seule. Certes un garçon qui s'appelait et qui avait son âge n'était pas commun, surtout s'il avait lui aussi perdu sa carte. Pourtant il pu lire sur la carte que la jeune fille lui tendait « Charly André Remen » qui était âgée de 15 ans. Elle semblait pourtant toute petite. Il n'en lu pas plus, pas réellement intéressée par cette adolescente aux cheveux roses qui lui montrait sa propre carte. Il ne l'avait pas remarqué, sinon il aurait certainement vu cette fille qui s'était caché derrière lui pour entrer dans le bar, cette fille qui s'était assise à côté de lui en répétant son prénom et cette même fille qui jouait avec une carte depuis quelques minutes déjà.
    « Charly André Remen » répondit-il.
    Il détourna la tête pour porter à ses lèvres le verre où il laissa couler le liquide limpide dans sa gorge. Il avait soudain bien envie de le finir ce verre d'eau, pas très intéressé pour aller chercher un fameux autre Jack qui aurait perdu sa carte. Il ne serait jamais douté qu'en fait cette adolescente aussi colorée qui lui faisait penser presque à une enfant le recherchait lui. Elle ne l'intéressait tout simplement pas, surtout qu'elle dévoilait ses informations à un parfait inconnu sans sûrement s'en rendre compte. Lui jetant un dernier, regard il se détourna vers le barman, lui commandant un soda.
    Entre le moment où on avait pris la photo et cet instant, s'était écoulé très peu de temps et Jack était une de ces personnes qui ne changeait pas énormément en grandissant, du moins on le reconnaissait assez facilement. Il abordait la même mine peu intéressé, ses yeux bleu plutôt sombres, quelques mèches blondes entre ses deux yeux et les autres en bataille. D'ailleurs il était presque étonnant qu'en ne le voyant pas la première fois elle n'est pas pensée à la photo.
    « Je connais pas ton pote mais il saura se refaire une carte tout seul, je serais toi je boirais mon chocolat et je retournerais chez moi au chaud au lieu d'avoir l'air gelée. On sait jamais ce qui traîne par ici...» lâcha-t-il finalement.
    Il prit son soda et but une gorgée. Il faisait bien sûr allusion aux Rioters en la prévenant, après tout ils semblaient tous normales et il en savaient certains particulièrement tordus. A vrai dire, il avait suivi Liiyah là-bas pour ne pas la laisser seule mais il n'avait jamais vraiment tissé de lien amical avec l'un d'entre eux. Le sort de la fameuse Charly Andréa Remen lui importait peu mais il voulait juste lui faire peu et puis elle irait sûrement voir quelqu'un d'autre. Il y avait à chaque table un groupe d'étudiants certainement de KHS pour la plupart à en juger par leurs uniformes, il ne lui semblait en avoir vu aucuns avant, ils devaient donc être de simples étudiants.
    A présent qu'allait-il faire ? Ce fut la question qu'il se posa dés qu'il eu reposé sa canette. Certainement rentrer chez lui ou peut-être traîner dans la rue ? Pourquoi devait-il avoir sa carte déjà ? Une affaire pour ce fameux appartement qu'il achèterait avec Liiyah ou quelque chose comme ça. Elle allait sûrement le tuer ou alors elle l'obligerait à aller le chercher. Il poussa un soupir blasé.
    Il se souvenait avoir passé deux heures dans la gare à ne rien faire en séchant par la même occasion une heure de cours. Et puis il était venu ici quelques minutes. Et avant ? Il s'était assis sur un banc du parc, enfin plutôt allongé en regardant le ciel nuageux tandis qu'une fine buée blanche s'échappait de ses lèvres légèrement entrouvertes. Il avait commencé à avoir un peu froid malgré son écharpe dont la couleur bleu rappelait ses yeux et son gros manteau et il avait traîné. Il était passé un peu partout au hasard, arrêtant pour quelques heures de réfléchir, de penser et de se questionner, de se tourmenter inutilement. Liiyah aurait sûrement dis qu'il se torturait inutilement mais elle n'avait jamais su, il ne lui avait jamais dis.


This is life every second here
Gripping tighter
Empty praise to all the things I fear inside
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Sam 16 Oct - 16:16

[ Pas de problème, c'est moi qui fait trop long non je déconne, ça va je trouve, ton rp est bien ^^ ]

Ce n’est pas André, mais Andréa ! Déjà qu’elle détestait que son prénom soit composé, mais si en plus on se trompe sur l’orthographe… Peut-être qu’il voulait seulement se venger parce que Charly avait mal, très mal prononcé son prénom… C’est vrai qu’elle avait fait un peu exprès sur la partie « Ryan », mais c’était juste un tout petit peu… Quoiqu’il en soit, il ne semblait pas connaître de moindre Jack Ryan Matthews… Elle prévoyait cette réponse, mais espérait tout de même un tout petit indice. Elle rangea sa carte dans son sac et reporta son regard sur l’étudiant qui lui conseilla de rentrer chez elle. Suite à cette remarque, elle se mit à émettre un léger rire nerveux. Oooh si elle pouvait rentrer chez elle… Enfin… Dans son nouveau chez-elle, c’est sûr qu’elle le ferait ! Seulement, venant d’arriver il n'y a même pas une semaine, retrouver cette école comme ça n’était pas une mince à faire. Elle soupira et posa son menton sur le bar, face à son chocolat, se regardant faire des grimaces à son reflet déformé par la forme de la tasse. En tout cas, à gauche, le type avait l’air vachement plongé dans ses pensées.

« Ce n’est pas mon pote, c’est juste quelqu’un qui a perdu sa carte d’identité dans la gare, sur le banc… »

Machinalement, elle ressortit, cette fois, la bonne et médita dessus en se demandant s’il valait mieux laisser ça ici comme si de rien n’était, la jeter ou la garder en espérant, par chance, retrouver ce fameux Jack Ryan.

« Ah, ce n’était pas Mathis c’était Matthews haha… Drôle de nom, c’est un prénom ça en plus, le pauvre, ça doit pas être rigolo lors des présences : Jack Ryan Matthews ? Encore, moi, Charly Andréa Remen ça va car Remen ça se voit bien que c’est un nom de famille… Mais Matthews… Il te ressemble un peu en plus… Je suis sûre que si tu t’appelais Jack Ryan Matthews t’aurait pu être lui tiens… »

Il fallait bien qu’elle se mette à sortir un gros monologue avec quelqu’un avant de se lever et repartir à la recherche de KHS histoire de se ‘vider’ un peu… Elle finit son chocolat, presque en cul sec, et se releva en s’éventant avec la carte. S’étant redressée un peu trop brutalement, elle sentit son tête divaguer et eut le tournis. Elle se rassit aussitôt, attendant un peu que son cerveau se remette en place et que sa vision s’éclaircisse.

Un petit gling gling retentit et un groupe de jeunes entra, l’air pas méchant mais à la tenue légèrement racaille. Ça n’aurait pas posé problème à la petite si l’un de la bande ne fumait pas, et encore moins à l’intérieur… Et par je ne sais quelle force antique, ce fût lui qui dût aller au bar pour commander les boissons pour toute sa table. Il s’assied sur le tabouret d’à côté et se mit à fouiller dans ses poches. Charly l’observait avec inquiétude et se mit à prier intérieurement de toute son âme, promettant de croire en une quelconque supériorité si son désir se réalisait ; celui que le type cherchait tout, absolument tout, sauf un paquet de cigarette… Malheureusement, toutes ses espérances tombèrent à néant lorsque celui-ci brandit, d’un air satisfait, son paquet gravé en grand d'un : « Fumer tu », l’ouvrit avec aisance, piocha une cigarette et la porta à sa bouche avant de partir à la recherche, cette fois, de son briquet.

Charly n’est pas timide, elle est juste facilement intimidée. En temps normal, elle aurait pu facilement demander à un fumeur de s’abstenir en sa présence si ce dit-fumeur n’avait pas une carrure aussi… Imposante… C’était dans un sale pétrin qu’elle était, en ce moment, pourtant, elle avait plusieurs solutions… Ou elle courait dehors pendant le peu de temps qui lui restait d’air saint, ou elle renfilait sa veste en apnée avant de courir dehors, ou elle demanderait poliment à cette personne de ne pas fumer pour le moment, ou bien…

« Excusez-moi ! Mon ami est muet et asthmatique, il voulait vous demander de ne pas fumer pour le moment… Ce… serait… possible ? »

… Certes, il y avait aussi cette possibilité-là… Charly s’était exclamée en s’étant redressée d’un coup sec, dictée par la panique. Ne se rendant compte qu’après coup de sa gaffe, elle fût prise par un manque d’oxygène et sentit une bouffée de chaleur l’envahir. Elle avait peur de déclencher une crise d’asthme à cause de la cigarette mais n’aurait pas prévu une crise d’asthme à cause d’un mouvement de stress. Hoquetant en réunissant un effort colossal pour se maîtriser, Charly voulut d’abord se jeter sur son bronchodilatateur et calmer sa crise mais se figea en se rendant compte que c’était l’autre gars, le blond, qui était censé être asthmatique. Elle voulait se réfugier dans les toilettes des filles et se calmer en paix, mais elle était bien trop gênée pour faire le moindre pas, tout ce qu’elle pouvait faire, c’était… Attendre & espérer hinhin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthews Jack r., got it ?

messages : 71
ici depuis : 18/08/2010

MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Sam 16 Oct - 23:21

    ( Ce coup-ci c'est moi qui fait long ^^. Merci. J'aime bien le tien aussi ♥ )

    « Ce n’est pas mon pote, c’est juste quelqu’un qui a perdu sa carte d’identité dans la gare, sur le banc… »
    Quelle coïncidence, ça en était presque drôle de voir à quel point ce type qui avait un nom plutôt ridicule ressemblait à son parcours, à son nom et à son âge. Sauf que lui avait la chance de s'appeler Ryan à la place de Rien qui ne devait pas être particulièrement facile à porter comme prénom. Ce garçon était tombé sur quelqu'un de plutôt gentil mais il la plaignait, la gentillesse ne lui apporterait pas grand chose...Du moins se décarcasser pour trouver le propriétaire de cette carte qu'il pourrait aisément refaire à la maire quelques jours plus tard était...une perte de temps.
    « Ah, ce n’était pas Mathis c’était Matthews haha… Drôle de nom, c’est un prénom ça en plus, le pauvre, ça doit pas être rigolo lors des présences : Jack Ryan Matthews ? Encore, moi, Charly Andréa Remen ça va car Remen ça se voit bien que c’est un nom de famille… Mais Matthews… Il te ressemble un peu en plus… Je suis sûre que si tu t’appelais Jack Ryan Matthews t’aurait pu être lui tiens… »
    Jack qui finissait sa canette avala de travers et fut prit d'une violente toux, ayant manqué de s'étouffer sous la surprise. Il avait effectivement seize ans, il avait passé deux heures dans la gare, il ressemblait apparemment à ce garçon et il avait le même nom que lui. Combien y avait-il de chance que quelqu'un dans cette petite ville porte exactement son nom ? Combien existait-il de familles Matthews dont l'un des membres s'appelait effectivement Jack Ryan et avait son âge ? Et si c'était lui qu'elle recherchait ? Et si c'était elle qui avait retrouvée sa carte ? En même temps il aurait était compliqué qu'il se reconnaisse immédiatement vu la prononciation catastrophique de son interlocutrice.
    Elle se releva. Mais se rassit aussitôt. Il n'était absolument pas devenu plus social pendant la nuit mais il ne voulait pas qu'elle s'en aille sans avoir vérifié cette fameuse carte. Après tout si c'était la sienne, cela le dispenserait d'aller devoir en faire une autre à la mairie et de repayer inutilement. Il se demandait juste ce qu'elle avait lu sur sa carte et si elle était allée fouiller. Elle semblait innocente avec son apparence de petite fille à qui il aurait certainement donné dix ans si elle avait un peu plus petite et qu'il n'avait pas eu sa carte sous les yeux.
    « J'aimerais voir cette carte. »
    Il leva le regard quelques secondes en entendant la porte s'ouvrir, laissant un peu de l'air glacial de l'extérieur s'infiltrer dans la pièce. Un groupe de jeunes hommes, qui devaient certainement avoir deux ou trois ans de plus que lui, entrèrent sans avoir l'air bien méchant mais avec une apparence qu'on aurait pu qualifier de racailles. Il ne les craignait pas et quand l'un deux vint commander à boire pour sa table, il remarqua que la jeune rousse semblait le fixer. Soit elle en avait peur soit elle l'aimait déjà bien. Il fouilla dans ses poches quelques instants pour sortir une cigarette qu'il s'apprêtait à allumer quand la fameuse Charly André lança :
    « Excusez-moi ! Mon ami est muet et asthmatique, il voulait vous demander de ne pas fumer pour le moment… Ce… serait… possible ? »
    Le blond fut à nouveau prit d'une quinte de toux, elle tentait de le tuer en l'étouffant ou quoi ? C'était la deuxième fois en à peu près cinq minutes à cause de la même personne. Le barman le regarda d'un air inquiet, tandis qu'il avait bondi de sa chaise de surprise. Mais sa toux l'empêcha de prononcer quoi que ce soit qu'il aurait pu sortir sans réfléchir et ruiner ainsi le stupide plan de cette gamine. Plan qui soit dit au passage était plutôt bancale et complètement...stupide ? Il n'y avait pas trop de mots que stupide. Et pourquoi elle l'avait mêlé à son histoire ? Ce fut cette question qui lui trotta dans la tête tandis qu'il essayait de calmer sa violente toux. Deuxième question qui le retint d'essayer de rajouter quoi que ce soit : pourquoi ne voulait-elle pas que cet homme fume ?
    Le garçon, un brun, acquiesça rapidement en observant avec inquiétude le blond. Il lui fit un rapide signe de la tête pour le remercier et lui montrer que tout allait bien à présent. Mais son attention resta sur lui, ce qui lui laissa le temps de se rendre compte que cette stupide gamine semblait s'être figée et qu'elle semblait paniquée, que soudain elle avait du mal à respirer. Sauf que cette idiote ne bougeait pas. Etait-ce elle qui avait de l'asthme ? Elle voulait faire une crise devant tout le monde ou quoi ? Ce n'était pas ses affaires...Mais elle l'avait déjà mêlée à cette affaire. Il soupira et sortit un bout de papier de sa poche où il nota rapidement quelques mots que le brun lui tendit.
    Jack lui tendit le papier, s'excusa d'un signe de tête avant d'emmener avec lui la jeune fille. Tandis qu'il voyait ces deux personnes qu'il trouvait bien bizarre, il pu lire sur le bout de papier « Veuillez l'excuser, c'est ma petite sœur et elle est particulièrement timide avec les inconnus où elle commence à paniquer. » C'était vraiment deux personnes bien étranges mais il n'y prêta plus attention car le barman prit sa commande et il retourna, tout souriant, avec son groupe d'amis.
    Le blond lui se fit un chemin à travers les danseurs pour atteindre les toilettes en tenant bien fermement la toute petite main pâle de l'adolescente. Arrivé à destination il lui lâcha la main et se retourna vers elle, plutôt en colère. Il lança un « T'étais vraiment obligée de me mêler là-dedans ? » accusateur plutôt sec, avant d'ouvrir la porte des toilette pour filles et de la pousser à l'intérieur, plutôt agacé de la situation.


This is life every second here
Gripping tighter
Empty praise to all the things I fear inside
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Dim 17 Oct - 1:28

[ Wah joliii ]

Ha ? … Il y avait quoi sur ce papier ? Elle n’a pas eu le temps de lire ! Un truc compromettant qui pour faire faillir son plan ? Elle voulut se pencher en petite curieuse et y lire le contenu mais une force astrale la tira soudainement à travers la foule pour se retrouver en face des toilettes. La source de cette force astrale était seulement ce jeune étudiant qui semblait vraiment en colère... Il lâcha une phrase qui alla trop vite pour l’état actuel de petite Charly avant de la pousser à l’intérieur des toilettes. La première chose qu’elle fit fût… De… Ne rien faire ! Sur le coup, elle prit d’abord un petit temps avant d’aligner correctement les scènes qui venaient de se passer pour comprendre la situation actuelle.

Devant leur miroir, de jeunes filles s’échangeaient leur maquillage en parlant chiffon. D’autres prenaient tout leur temps pour se laver les mains. Charly les regarda se refaire une beauté tout en rejoignant la première toilette libre qui lui passa sous la main. Une fois livrée à son propre égo, elle voulut se jeter sur ses médicaments mais s’était rendue compte que sa crise était passée d’elle-même et n’avait même pas dépassé le stade dangereux. Sa respiration était redevenue fluide. Après quelques secondes de méditation solo, Charly sortit de son isolement et se retrouva face à son propre reflet, dans le miroir libre qui signalait que les jeunes filles n’étaient plus là, reparties squatter d’autres toilettes certainement… D’ailleurs il fallait peut-être que miss sorte, elle aussi. Peut-être que le type qu’elle avait maladroitement emmêlé dans sa misère l’attendait derrière la porte et, peut-être même, qu’il s’impatientait. Pourtant, sa main restait bloquée sur la poignée. Elle n’oserait plus jamais croiser son regard. Elle a mentit, dit un truc complètement débile et prétendu qu’il était muet et asthmatique ! La honte ! Malheureusement, elle ne pouvait pas passer sa vie ici, même si elle aurait préféré… Elle prit une grande bouffée d’oxygène et finit par sortir de la pièce comme si elle venait de passer dans l’outre-monde. Comme une gosse qui allait se faire gronder, Charly baissa la tête, mains fourrées profondément dans les poches, s’attendant à recevpor pire qu’un savon.

A chaque seconde, elle voulut ouvrir la bouche pour émaner une phrase justificative mais se retint au dernier moment, de peur d’aggraver la situation plus qu’elle ne l’était déjà. Finalement, elle se contenta de faire court, simple et net.

« Ouuuais… Je… Fin… ‘Scuse moi… »

Enfin... On retire le "net". Elle avait pratiquement mâché la totalité de ses mots et, comme elle bafouillait dans son écharpe, le son s’était étouffé, recouvert par les discussions du bar.

« Bon… Eh bien je vais y aller hein… »

Il devait être aux alentours de 15h et si elle ne partait pas maintenant, le temps qu’elle trouve son chemin vers l’école, il ferait déjà nuit noir. Elle se faufila entre les personnes, se fraya un chemin à travers les danseurs, passa en-dessous des tables s’il le fallût et atteignit enfin la porte. Au moment où elle l’ouvrit, elle ne pût passer la tête dehors que le vent gelé vint directement la glacer d’un seul coup. La petite s’empressa alors de refermer le sas et se rappela qu’elle portait un pull avant d’entrer ici. Chemin arrière, elle revint au tabouret où il devrait normalement y être… Étrangement, ce n’était pas tout à fait le cas… Elle fit le tour des chaises aux alentours mais sans franc succès. Qui voudrait voler un pull pareil ? Même s’il était bien trop large pour la rouquine, il restait de taille enfant. S’il ne se trouvait ni dans les mains d’un étranger, ni sur ce tabouret, ni en-dessous, ni autour…

Son petit doigt gratta la housse qui recouvrait la chaise rustique, mitigée sur l’endroit peu probable où il pourrait être en ce moment. Si ce n’était que le pull, ça ne serait pas trop grave… Mais il y avait quelques babioles dans les poches auxquels Andréa y tenait pas mal comme des photos ou autre… Le genre de truc qu’on n’a pas deux fois en quelque sorte. Elle fit donc demi-tour et chercha le blond de tout à l’heure des yeux et une fois la cible repérée, elle accourut vers lui en faisant le tour de la salle pour éviter le plus d’obstacles possibles. Arrivée à destination, elle lui tapota l’épaule de l’indexe pour attirer son attention et esquissa un énorme sourire forcé qui avait l’air de dire « Promis, après je te laisse tranquille mais… »

« J’ai perdu mon pull… Tu ne l’aurais pas vu par hasard ? Il est… plein de couleurs. »

Se rendant soudainement compte que les minutes avaient filé entre-temps, Charly s’empressa de regarder sa montre et constata avec effroi qu’il était déjà 16h. Flûte de flûte, si elle veut arriver là-bas avant la nuit, elle ferait mieux de partir maintenant ou de connaître le chemin sur le bout des doigts… Ses sourcils prirent un aspect asymétrique, croisés entre la réflexion et le stress.

« Et… Juste comme ça hein, tu connais la route de l’école Kyuu par cœur ? Si tu sais pas c’est pas grave hein… C’était… Juste comme ça… »

En fait, si, c’était grave s’il ne la connaissait pas cette route mais Charly ne préféra pas préciser ce détail.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthews Jack r., got it ?

messages : 71
ici depuis : 18/08/2010

MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Dim 17 Oct - 14:12

    ( Charly est vraiment cute ♥ )

    Jack soupira avant de s'adosser contre le mur, les mains dans les poches. Il ne partirait pas tant qu'il n'aurait pas vérifié que ce n'était pas sa carte, il préférait éviter de se retrouver face à Liiyah et ses moments de grande tyran. Et puis il ne pouvait pas partir en ayant prétexté que c'était sa petite sœur, le brun et son groupe d'amis étaient encore dans la salle, il était obligé de rester avec elle jusqu'à ce qu'ils sortent du café. Et puis...Il voulait au moins savoir si elle allait bien même s'il était furieux d'avoir était enrôlé dans une histoire qui ne tenait pas la route.
    La porte s'ouvrit et un groupe de filles apparut mais aucun signe de la jeune adolescente aux cheveux roses. Il poussa un soupir blasé, attendant avec une impatience grandissante qu'elle sorte de là. S'il avait eu le droit, il serait certainement entré pour le traîner dehors et rentrer chez lui. Il s'allongerait sûrement sur son lit ou peut-être il ouvrira enfin son sac ? Aujourd'hui était une journée bien ennuyeuse et seule cette gamine pas plus haute que trois pommes particulièrement colorée avait mit un peu d'agitation dans cette banale journée.
    Soudain elle sortit, enfin. Les mains dans les poches, tête baissée elle finit par bafouillé quelques mots étouffés par son écharpe :
    « Ouuuais… Je… Fin… ‘Scuse moi… »
    L'adolescent soupira une nouvelle fois, cette fille était véritablement désespérante et agaçante, face à la maigreur de ses excuses. Elle semblait avoir du mal à trouver quoi dire pour s'excuser de l'avoir entraîné là-dedans. Mais il n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit qu'elle lança, avant de filer, un :
    « Bon… Eh bien je vais y aller hein… »
    L'adolescent mit quelques secondes avant de s'élancer à sa suite pour tenter de la rattraper. Mais il se heurta aux danseurs et à la foule compacte qui essayaient de se trouver une place dans le fond. Il pesta contre tous ces gens tandis qu'il n'apercevait plus les cheveux roses de l'adolescente, comme engloutie par la masse. Soudain une main attrapa son épaule puis son bras avant de le tirer sur sa droite. Il tourna la tête apercevant le brun de l'autre fois, un large sourire pendu aux lèvres.
    « Hey toi ! Tout à l'heure quand t'es partie avec ta sœur, vous avez oublié son pull sur son tabouret. Il y avait aussi une carte d'identité je crois qu'elle...»
    Une carte. La sienne ou celle de la jeune Charly ? Une expression de surprise sur le visage. Il ne lui laissa pas le loisir de terminer sa phrase et lui coupa, sans réfléchir :
    « Je peux voir la carte ? »
    Le jeune homme le regarda, stupéfait. Il lui tendit le pull doucement avec la carte que le blond prit rapidement se rendant compte de sa gaffe : il était censé être muet d'après la jeune rousse. Quelle stupide idée aussi de dire qu'il était muet. Le remerciant vaguement, le blond prit congé en se lançant à nouveau dans la foule en direction de la sortie, le pull et la carte à la main.
    Arrivé près du bar, il souffla un peu en commençant à la chercher du regard au cas où. Qu'allait-il faire de ce pull lui ? Il regarda un instant le barman, hésitant à le lui donner. Elle reviendrait certainement le chercher ici et il lui donnerait, cela lui semblait une bonne solution. Il jeta un regard à la carte que le jeune homme lui avait rendu. Son nom et prénom, sa photo, sa date de naissance...C'était effectivement bien la sienne qu'il se dépêcha de fourrer dans sa poche. A ce même instant quelque chose lui tapota l'épaule et il se retourna, découvrant Charly.
    « J’ai perdu mon pull… Tu ne l’aurais pas vu par hasard ? Il est… plein de couleurs. »
    En réalité il n'aurait même pas remarqué qu'ils avaient laissés ses affaires sur la place qu'elle occupait dans la précipitation si ce pauvre garçon ne les lui avait pas donné. Heureusement qu'il était là sinon la petite rousse n'aurait peut-être jamais revu son pull. Il lui tendit son pull. Finalement, elle l'aurait peut-être retrouvée ce pull...Un pull large très coloré et plus tôt voyant qui ne faisait que lui donner une apparence un peu plus enfantine, il imaginait mal quelqu'un à part un enfant en vouloir pour tout dire.
    « Et… Juste comme ça hein, tu connais la route de l’école Kyuu par cœur ? Si tu sais pas c’est pas grave hein… C’était… Juste comme ça… »
    Apparemment Jack n'était pas au bout de ses peines aujourd'hui. Il connaissait bien évidement le chemin de l'école mais le temps d'arriver, les cours seraient finis. Peut-être habitait-elle dans l'une des chambres données aux étudiants ?
    « Franchement... » soupira-t-il. « L'école est à l'autre bout de la ville, il va falloir attendre une heure avant d'y arriver. »
    Il n'aimait pas le prendre le train à cette heure-ci, il y avait beaucoup trop de monde qui se bousculaient et on était tous entassés les uns sur les autres alors il devra surveiller qu'elle ne se fasse pas emporter par la foule tout le temps. En plus les arrêts étaient longs et divers avant de repasser à proximité de l'école car tout monde voulait rapidement rentrer chez lui sans arpenter toute la ville alors il devra attendre le temps qu'elle rentre puis son propre arrêt. Et puis il trouvait ça fatiguant tout ces gens qui criaient au scandale pour un rien.
    « Allez viens...» finit-il par lâcher, un peu blasé.
    Jack commença à s'avancer vers la porte quand il entendit une grosse voix l'interpeller. C'était le barman qui les pensaient être tous les deux mais ils avaient complètement oubliés de venir lui payer la note. Le blond fouilla quelques minutes dans ses poches avant de jeter machinalement l'argent sur le comptoir sans un regard. Le temps qu'elle pourrait mettre à chercher dans les poches de ce pull bourrées d'objets, il serait encore là demain. Avant qu'elle ne puisse dire quoi que ce soit, c'était mieux quand elle se taisait elle évitait les catastrophes, il l'entraîna dehors.



This is life every second here
Gripping tighter
Empty praise to all the things I fear inside
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Dim 17 Oct - 20:03

[ Houhou merci =D ! Bon, la suite est un peu speace j'ai essayé de faire comme j'ai pu ^^'' ]

Un tas de questions inutiles vinrent se bousculer en moins de quelques secondes. Des ‘Où ça ?’ et des ‘Pourquoi ?’ faillirent sortir inutilement avant de rester bloquer par la barrière ‘Logique’. Tout en sortant, Charly se dépêcha d’enfiler son pull et fit tomber quelques emballages de bouffe gardés en poche en attendant la prochaine poubelle et qui, finalement, restaient dans leur trou noir par oubli. Elle s’accroupit pour tout ramasser mais devait esquiver les gens en même temps et tenta de faire comme son personnage dans les jeux vidéos à faire des bonds de grenouilles et de faire des cumulets entre les jambes des passants mais n’eut finalement pas besoin de faire tout ce cirque car ses couleurs prévenaient les passants à plus de 200m qu’un obstacle bouchait le trottoir.

Sur le chemin qui menait vers… Heu… En fait Charly ne savait pas trop où le garçon allait mais il avait bien joué le rôle du muet asthmatique presque sans broncher et pas n’importe qui l’aurait fait volontiers, par ce simple fait, la petite conclut qu’il avait bonne tête et que les bonnes intentions suivaient donc. La route allait certainement être pénible avec une petite rousse à côté qui s’interrompt à chaque objet non-identifié qu’elle croise… Entre les cloportes et les bracelets perdus, on ne savait plus où en donner de la tête. Il fallait la comprendre aussi… C’est la toute première fois de sa vie qu’elle passe autant de temps dehors. Avant ça, elle n’avait rencontré quelqu’un à qui parler dans la rue, n’avait jamais été dans de toilettes publiques ni même pu contempler un lampadaire de près. La vie de ville, c’était pour elle quelque chose de nouveau.

Sur les toits, dans les gouttières, il y avait beaucoup de nids d’oiseaux aux petits ne sachant encore se nourrir d’eux-mêmes. En les regardant, la vision d’un soir de Noël passé, dehors, où toute la famille faisait griller la viande sur le four, excluant la petite Charly à cause de sa maladie, lui revint soudainement, avec le sentiment d’être à la place de ces oisillons, pleurant à l’intérieur de la maison pour toucher à la nourriture, mais inapte de se déplacer à l’extérieur. Ses parents venaient, la nourrissaient et filaient vers d’autres endroits, la laissant seule. Charly venait d’avoir ses 12 ans et pourtant, elle avait l’impression de n’en avoir que 4 et de n’avoir ni jambes, ni pieds, ni bras, ni mains. Jusqu’ici, elle n’avait jamais vraiment fait attention à ça, sa maladie n’était que superficielle et elle était persuadée de pouvoir guérir et qu’un jour, elle puisse, elle aussi, passer Noël dehors, sous la neige, sans envier l’air chaud de la maison.

En regardant autour d’elle, presque tous les enfants se baladaient en simple châle, léger à la vue. La plupart portaient un pantalon qui descendait à peine jusqu’aux genoux, d’autres étaient carrément en débardeur. Charly était sans doute la seule à porter une écharpe aussi épaisse, un pull aussi large, des chaussettes aussi longues et des chaussures aussi fermées. Ses yeux s’attristèrent face à la prise de conscience… Mains remises en poche, shootant dans les malheureux cailloux qui se présentaient sur son passage, elle soupira, se demandant si son état allait s’améliorer ou si elle était condamnée à passer sa vie entre quatre murs, dispensée de toute activité physique.

Certes, la vie avait l’air bien meilleur autour d’elle que pour elle… Mais en retournant la tête vers la personne qui l’accompagnait, elle eut un sentiment très bizarre... Ses parents ne s’étaient jamais autant décarcassés pour leur petite fille. Lorsqu’elle avait besoin de sortir, ils se contentèrent de l’embrasser, d’allumer la télé et de s’en aller, le cœur lourd, mais la tête ailleurs. En l’espace d’une seconde, Charly crût avoir à côté d’elle un… ‘Frère’, en quelques sortes, et voulut presque se jeter contre lui et le remercier jusqu’à la fin de ses jours, mais l’idée lui parût si absurde qu’elle voulut oublier ça immédiatement et secoua la tête comme si elle voulait éjecter ce faux-souvenir de son cerveau et se mit à penser à un petit « Idiote ! » avant de se tapoter les joues pour définitivement oublier cette petite divagation. Elle força son esprit à s’occuper de choses plus normales, plus joyeuses. (Tu peux arrêter la musique là hein si tu l'avais mise)

« Je… »

Hum ? Qu’est-ce qu’elle voulait dire ? Aucune idée, elle avait sortit ça tout à fait machinalement, comme si elle avait pensé trop fort. En fait, elle voulait engager la conversation avec lui mais ne savait pas trop quoi dire. Elle avait en quelque sorte agit avant de réfléchir. Tentant de se rattraper sur la première idée qu’elle eut au vol, Charly continua dans un élan tout à fait naturel et fluide, comme si c’était tout à fait ce qu’elle voulait dire depuis le début.

« Je me rends compte que je ne connais toujours pas ton prénom au fait… Moi c’est Charly Andréâ ! Enfin tu le sais déjà mais… Enfin tu peux m’appeler Charen ou Charly, c’est plus court que Charly Andréâââ »

Suite à la petite faute de prononciation de ce dernier en zappant le ‘a’ et en l’appelant Charly André au lieu de Charly AndréA, elle avait volontairement appuyé sur la dernière lettre de son deuxième-prénom espérant qu’il ne la refasse pas une deuxième fois. Déjà qu’elle n’aimait pas vraiment le prénom Andréa, mais alors André… D’ailleurs, le type qui possédait la carte d’identité avait aussi un prénom composé, il lui semble… C’était quoi déjà… John Bryan ? Elle aurait bien voulut revérifier mais en mettant sa main dans sa poche, elle constata avec effroi que la carte n’y était plus. Brutalement, elle se stoppa comme si un orage venait de la foudroyer.

« J’ai perdu la carte ! »

Grosse panique ! Elle n’allait quand même pas faire demi-tour juste pour un carré de plastique ! Peut-être qu’il valait mieux s’enterrer dans les entrailles du sol et se laisser ronger par les rats ? Hein ?! Non, non, plus sérieusement, Charly se mit à entrer dans un délire un peu fou du style « Un pigeon me l’a volé ! Il faut que je lui fasse goûter de mon nouveau sort qu’il tâte de mon haut-level ! » Nan… Nan… Charly calme-toi, on est en irl là. Les voleurs de drop ça n’existent donc pas ici… C’était bien ennuyeux, peut-être que la carte tomberait entre les mains d’un immigrant et qu’il se la procurerait ? … Un immigrant dans un globe de 10km… Waouw. Bah, c’est vrai, la monde est si petit, il retombera bien dessus de lui-même… La moue contrariée, Charly reprit sa marche, mains en poche, pieds trainants et le sale tic de se retourner toutes les 2 minutes pour voir si la carte en question ne s’était pas envolée pour atterrir dans son dos ! Haha ! Ce serait ballot… En attendant, une autre inquiétude lui vint en tête : Pitié que les trains ne soient pas bonder sinon c’est ma santé qui physique qui en jeu !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthews Jack r., got it ?

messages : 71
ici depuis : 18/08/2010

MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Mar 26 Oct - 23:28

    ( Désolée pour le retard )

    Le blond fut surpris par la brise fraîche en sortant du petit café, il s'était rafraîchit le temps qu'il avait passé à l'intérieur mais son simple tee-shirt lui convenait et il ne craignait pas le froid. Sans avoir chaud, il n'avait pas froid non plus. Il faisait un peu frais mais l'hiver serait rapidement là, tandis qu'on avait déjà oublié la chaleur de l'été. Il jeta un œil à la rue remplit de simples passants, cherchant quelques minutes où il y avait peu de monde pour attendre leur train, ne connaissant pas vraiment les horaires.
    Repensant à la gamine, il tourna la tête en se rendant compte qu'elle était accroupie à ramasser des papiers de nourritures. Il poussa un soupire, avec elle il ne passerait pas inaperçu avec son gros pull qui était bien plus grand qu'elle aux vives couleurs, son écharpe épaisse. Pourquoi était-elle habillée aussi chaudement ? La plupart des gens portaient à peine une veste pour les plus frileux. Enfin non ce n'était pas ses affaires, cela ne l'intéressait pas, il ne la reverrait sûrement jamais et finirait par l'oublier. Comme on oublie tous ces gens que l'on croise, qu'on peut aider à se lever ou laisser passer devant sois et ne jamais les revoir. Au bout de quelques mois ces personnes seront très profondément enfoui dans notre cerveau et on ne pensera plus jamais à eux.
    Elle était agaçante et l'avait entraîné dans une histoire qui ne tenait pas debout sans lui demander son avis. Elle ressemblait à une gamine et en fait elle l'énervait. Mais il lui trouvait, avec ses vêtement trop grands et son teint si pâle, un air chétif, presque fragile. C'était comme une poupée avec ses cheveux roux presque roses et son allure mince, elle était petite. Une poupée de porcelaine...C'était comme si le moindre coup de vent la briserait en des milliers de morceaux. C'était étrange mais c'était comme se retrouver face à ces minuscules chatons boiteux et chétifs au bord de la route qu'on n'arrivait pas laisser comme ça, abandonnés. Il n'avait pas pu la laisser comme ça, perdue sans savoir quel chemin prendre.
    « Je me rends compte que je ne connais toujours pas ton prénom au fait… Moi c’est Charly Andréâ ! Enfin tu le sais déjà mais… Enfin tu peux m’appeler Charen ou Charly, c’est plus court que Charly Andréâââ »
    Sans le savoir, elle connaissait son nom. Elle ne s'était pas rendue compte qu'elle avait perdu la carte, enfin sa carte. En même temps, vu la distance parcourue, c'est à dire à peine cinq mètres depuis l'entrée du petit bar elle n'était pas allée fouiller dans ses poches à sa recherche.
    « J’ai perdu la carte ! »
    Finalement si. Elle semblait soudain paniquée par la perte de la carte. Il la laissa quelques secondes dans son gros délire, se demandant bien à quoi elle pouvait penser pour être dans un état pareil. Elle ressemblait à une gamine comme ça. Elle devait en être une et ils s'étaient trompés sur sa date de naissance, ce n'était pas possible autrement. Il posa sa main sur son épaule, en poussant un soupir désespéré pour qu'elle arrête de se retourner tous les deux pas pour inspecter la rue au cas où. La carte n'y était pas, il le savait puis ce qu'elle était dans une de ses poches.
    « Calme toi, c'est moi qui l'ai. C'est qu'un bout de papier plastifié je te rappelle. »
    D'accord un bout de papier où était écris son nom complet, sa date de naissance et ce genre d'informations qu'il n'était pas non plus désireux de montrer à tous les passants sinon il n'avait qu'à se trimballer avec une pancarte où était écris toutes ces informations. Il se rendit aussi compte qu'il ne lui avait toujours pas donné son nom bien qu'elle se soit présenté avec ses deux noms et son nom de famille. Il n'aimait utiliser que simplement Jack, surtout qu'il y avait peu de chances qu'ils se revoient un jour. Et qu'avait-elle a faire du nom d'un inconnu, à moins qu'elle soit du style à s'attacher à la première personne qui passe et qu'elle arrive à enrôler dans ses histoires tordues. Ce genre de situation devait sûrement lui arriver souvent...
    « Jack »
    Le jeune blond ralentit le pas en voyant la foule s'agglutinant pour s'acheter un ticket en une queue ressemblant plutôt à un troupeau qu'à autre chose. Il y avait deux tramways à partir vers ces zones-ci et un troisième qui arrivait un peu plus tard, c'était écrit en gros dans la gare. Il l'emmenait avec lui ou pas ? D'un côté, elle pourrait se reposer s'il la laissait s'asseoir seule mais en même temps il avait peur de ne pas retomber dessus dans la foule, de l'autre avoir un poids plume qui se ferait emporter au moindre mouvement de foule ou qui sortirait une histoire bancale au premier passant en l'entraînant dedans ne semblait pas plus facile. La solution la plus facile semblait de la garder avec lui, au moins il ne perdrait pas son temps à la chercher.
    « Surtout reste près de moi, tu peux te tenir à ma veste s'il faut mais je te chercherais pas dans toute la gare pour te refiler ton billet. »
    Au fond certainement qu'il le ferait si cela arrivait mais il serait de mauvais humeur, ça c'était certain. Jack se plaça dans la foule, en faisant bien attention qu'elle l'avait suivie. Les gens se bousculaient en masse, tout le monde était pressé d'avoir sa place et on donnait des coups de coudes par-ci, par-là pour avancer. Il devrait franchement penser à faire agrandir cette gare avec tous les gens qui l'utilisent quotidiennement. Il y avait le bus aussi mais c'était encore plus long et beaucoup moins confortables puis un peu plus cher. Non, le blond n'était pas un habitué des transports communs et n'aimaient pas les prendre sauf quand il en était obligé. Actuellement c'était le cas et il ne pouvait pas imaginer traverser la ville à pied, surtout avec une gamine qui semblait aussi fragile. Et il ferait rapidement nuit, la nuit n'était pas la plus sûre et elle n'aidait pas à se repérer dans la ville.
    « S'il y a le moindre problème, dis-le moi. »



This is life every second here
Gripping tighter
Empty praise to all the things I fear inside
Revenir en haut Aller en bas
Invité, got it ?
Invité


MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Sam 6 Nov - 13:19

[ Pas de soucis, moi aussi j'ai pas mal de retard. Bon, la suite est un peu strange :x disoulé. ]

La traversée de la gare ! Ça sonnait plutôt bien, dit comme ça. C’était un peu comme un Koh Lanta version Gare du Nord… Le but est d’arriver à la guichetière, vivant de préférence, sans se faire écraser ou emporter par une foule mystifiée. Lorsque que l'adolescent l’autorisa à s’accrocher à sa veste en cas de déluge, Charly pouffa légèrement dans son écharpe. Comme s’il y avait vraiment besoin de ça…

Au début, tout se passa normalement même si, par moment, elle manquait de se faire bousculer par les grands ou de trébucher sur des valises abandonnées. Les gens passaient, certains étaient keep cool, traînaient les pieds comme Charly et chantonnaient des airs de baba cool tandis que d’autres couraient, sandwiche en bouche, valise et ticket dans une main, classeurs ou dossiers administratifs dans l’autre. Ceux-là, ils faisaient bien rire, même si la petite se demandait comment réussissaient-ils à garder le sandwiche en bouche tout en courant… Il y a bien un moment ou l’autre où l’on, ne serait-ce que par réflexe, morde et que le bout extérieur tombe à terre, non ?

Là où le périple commença à devenir… périlleux, c’est au moment d’entrer dans la file… Au début, ils étaient les derniers, donc personne derrière, tout le monde devant… Et puis d’autres sont arrivés, se sont rajoutés, commencèrent à pousser, à s’énerver… Pour une personne normale, ça ne ferait qu’agacer, voir péter les plombs, on hurle un bon coup, voir on frapperait quelqu’un et ça passe… Seulement là, ce n’était pas le fait que les gens criaient ou autre qui était dérangeant, c’était le manque d’air soudain… L’impression d’être dans une cage de verre sans aucune bouche d’aération… Sans avoir besoin de toucher les gens, elle avait l’impression qu’on lui oppressait les poumons, un peu comme quelqu’un qui se ferait écrabouiller lors d’un concert de hard metal. Instinctivement, Charly agrippa le poignet de Jack et serra très fort pour être sûre de ne pas tomber, de ne pas le perdre, de ne pas se perdre… Elle ne savait pas très bien pourquoi et ne s’en était d’ailleurs pas vraiment rendue compte. Mais elle avait serré si fort qu’elle s’était faite mal et l’avait sûrement fait mal en même temps. Après avoir réalisé qu’elle lui broyait littéralement le poignet, elle lâcha automatiquement, espérant qu’il n’ait rien sentit ou rien remarqué. Derrière, un type voulut doubler la file et, au lieu de passer à côté, traversa le troupeau presque par provocation. Poussant tout et n'importe qui sur son passage, les gens autour se mirent à grogner, à jurer et à bousculer de plus belle.

Arrivé à hauteur de la rousse, le causeur de trouble la repoussa sur le côté pour tracer en poussant un joyeux « Paaaardon ! ». Indignée, répugnée, dégoutée, si les yeux de Charly étaient des aiguilles à tricoter, ce gars-là en serait déjà un pull ! Avant qu’il ne sorte de son champ de vision, sans hésiter 30 secondes, Charly se jeta sur ses poches, y sortit un morceau de nougat sec pour le balancer sur la tête au type. Cela fit un petit ‘toc’ avant de retomber à terre. Le gars n’avait sincèrement pas l’air content, peut-être tout de même un peu amusé de voir qu’une fille haute comme trois pommes osait lui lancer un nougat sec sur la tête car elle se serait faite bousculer. Quoiqu’il en soit, il s’avançait avec un genre d’air menaçant. De son côté, impassible, mains fourrées dans les poches, les sourcils froncés et le nez ressortant à peine de l’écharpe, le petit être qui accompagnait Jack restait immobile, toutefois prête à riposter au moindre mouvement brusque, à la moindre attention malsaine. Ce qu’elle n’avait pas prévu, c’est que l’espèce de sumo changerait en dernière minute de trajet et se dirigea vers Jack.

« Elle est à toi cette môme ? Les animaux, ça s’éduque ! »

Le ton employé était moqueur mais avant qu’il ne put faire quoique ce soit d’autre de menaçant, Charly s’interposa entre l’adolescent et le sumo, le défia du regard et lui écrasa le pied de la même manière qu’elle mettrait K.O. un tas de pixel sur ses jeux vidéos. Peut-être sous l’effet de la surprise, le yankee recula en poussant un espèce de « Bordel ! » se massa le pied avant de jeter un regard noir sur les deux jeunes.

Un peu dans une sale posture, persuadée que Jack était le genre de type qui ne ferait pas de mal à une mouche, Charly se dit automatiquement qu’il fallait…Fuir ? Sans avoir de conscience de quoique ce soit, elle agrippa le bras du blond et le tira dans un endroit au pif : Un vieux wagon de tramway abandonné. Elle se jeta sur la banquette, se laissa glisser sous la tablette, le cœur battant, ne pouvant plus que murmurer.

« Gros comme il est, ça m’étonnerait qu’il ait pu nous suivre… »

Ayant utilisé toute l’énergie qu’elle pouvait avoir en stock, même si la distance courue était plutôt petite, les 100 mètres lui suffisaient amplement pour qu’elle en ait le souffle coupé, elle tenta de reprendre une respiration fluide et inspira profondément avant de prendre ses médocs et d’appuyer brièvement sur le bronchodilatateur. Le goût était infect et la sensation était affreuse mais ça lui permettait de prévenir tout risque de crise possible. Elle se pencha un peu en avant histoire de certifier ce qu’elle venait de dire et constata qu’il y avait bien personne. Soulagée, elle souffla un bon coup et s’adossa à la banquette.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Matthews Jack r., got it ?

messages : 71
ici depuis : 18/08/2010

MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   Ven 12 Nov - 22:51

    Il se trouva assez rapidement une place dans la file, tout derrière. Pour l'instant c'était calme mais il savait que plus ils allaient rentrer dans la foule, plus les gens se bousculeraient et tout le monde tentera d'avoir son ticket le plus vite possible. D'ailleurs cela ne tarde pas trop, les gens s'amassaient derrière eux tandis que le chemin les séparant du guichet diminuait. Les coups de coudes commencèrent, les bousculades parfois violente et les cris incessants. Dieu qu'il haïssait cet endroit, cette foule remplit de tout ces gens qui se seraient presque prêt à se sauter à la gorge pour passer devant les autres, c'était si...misérables. Comme si leurs vies dépendaient de ce stupide ticket alors qu'ils l'auraient bien plus rapidement en faisant simplement la queue.
    L'adolescent blond sentit soudain une pression au niveau de son poignet qui devint rapidement douloureuse comme si on essayait de lui broyer l'os de façon lente, amplifiant lentement la douleur. Il regarda la jeune rousse qui tenait son poignet mais ne dit rien, elle semblait comme paniquée comme quelques temps plus tôt face au jeune homme brun à l'apparence un peu racaille qui voulait fumer une cigarette. Mais assez rapidement tout en la surveillant du regard, elle lui lâcha le poignet qu'il ne bouge pas malgré la douleur qui comment déjà à s'atténuer. Ce n'était pas grand chose, pas la peine de réagir et il fit mine de n'avoir rien senti.
    Une nuée de protestations s'éleva derrière lui et un homme bien plus grand que Jack aux épaules bien carrées et à aux vêtements larges arriva en poussant Charlie tout en s'excusant d'un air faux. Le blond se contenta de l'attraper par le col pour l'empêcher de trop s'éloigner en soupirant, ce genre de personnes n'en valait absolument pas la peine et il se sentait bien trop serré pour déclencher quoi que ce soit. Il était clair que le bonhomme s'était facilement avancé grâce à son imposante carrure et même si cela ne l'arrêterait pas, il avait très peu envie d'attirer l'attention dans cette gare.
    Et voilà que cette gamine fit la chose la plus stupide qu'il n'ai jamais vu, tandis qu'il s'était retourné elle lui lança une cacahuète sortie de ses poches. Evidemment l'homme se retourna avec l'air plutôt mécontent, les fixant d'un regard noir tout les deux. Il voulut tirer cette stupide gamine aux cheveux roses près de lui qui était quand même plus apte à sauver leur peau qu'elle qui apparemment ne faisait que l'entraîner dans des situations stupides et pénibles pour lui. Mais l'homme, qui était plus comparable à une montagne de muscles qu'autre chose, se dirigea vers le jeune blond dont il avait du voir le début du geste et en avait déduit qu'ils en étaient ensemble.
    « Elle est à toi cette môme ? Les animaux, ça s’éduque ! »
    Il était moqueur, en même temps il y avait de quoi vu le ridicule de la situation. Il poussa un soupir, ne bougeant pas d'un pouce tandis que le sumo semblait le dominer de toute sa carrure, presque provocateur tandis qu'un simple sourire moqueur apparut. Il semblait vouloir parait imposant mais Jack le ridiculisait avec son air tout aussi sûr de lui et tranquille, il semblait ne pas être plus imposant qu'un jeune enfant face à Jack qui le regardait presque avec un certain mépris. Bien que la situation puisse paraître suicidaire aux passants, quiconque connaissait Jack savait parfaitement qu'il se serait mesure à ce sumo sans la moindre peur et qu'il aurait sûrement utilisé son arme si cela dégénérait.
    L'homme apparut évidement déstabilisé, se croyant relativement imposant puisque personne n'était venue directement venu se plaindre à lui. Soudain l'adolescente lui écrasa les pieds, geste qu'il n'avait pas anticipé. Le blondinet l'aurait bien frappée pour être aussi stupide alors qu'elle était aussi fragile qu'une poupée. Qu'est-ce qu'il pouvait avoir envie de lui donner un bon coup sur le crâne parfois...Mais il sentie que quelque chose le tira violentent, sous la surprise il ne résista pas et la foule le poussa dans le sens de la jeune fille qui le tirait. Il ne pouvait donc malheureusement pas retourner là-bas face à ce qui lui semblait avoir été un adversaire quelques minutes. Elle sauta dans un vieux tramway où il y avait encore un peu de foule qui remuait.
    « Gros comme il est, ça m’étonnerait qu’il ait pu nous suivre… »
    L'adolescent se tourna vers elle en la fusillant du regard bien qu'elle semblait essoufflée par la petite distance qu'ils avaient parcouru. Il jeta un dernier regard vers la foule où il n'arrivait pas à le voir, la foule était de plus en plus dense et il aurait du mal à fendre la foule dans son sens contraire. Excédé, agacé, cette fuite lui donnait l'impression d'une certaine lâcheté qui avait ce petit goût amer dans sa bouche alors qu'il était sûr d'être de taille.
    « Putain ! T'es stupide ou quoi ? Pourquoi t'es partie ? Tu l'as cherché non ? Alors assume au lieu de prendre la fuite. » lâcha-t-il sec, frustré.
    Il lui aurait juste donné une bonne droite et ils se seraient éloignés si cela avait dégénéré. Le corps à corps contre plus grand ne le dérangeait pas, c'était ça l'adrénaline et il était si plaisant de lui donner l'impression qu'en vérité il n'impressionnait pas un gosse qu'il surplombait aisément. C'était comme un combat du regard, des mots qui entraîneraient le corps à corps. Il ne reculait jamais devant un ennemi, c'était lâche. Quelques mèches blondes tombèrent sur son regard reflétant sa soudaine frustration, mais l'homme avait juste disparu l'agaçant encore plus tandis qu'il resta adossé contre le wagon sans monter dedans.
    « Je vais chercher les tickets, j'ai autre chose à faire que du baby sitting. »


This is life every second here
Gripping tighter
Empty praise to all the things I fear inside
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé, got it ?


MessageSujet: Re: Un simple verre d'eau ( libre )   

Revenir en haut Aller en bas
 

Un simple verre d'eau ( libre )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Sauter vers: